Le nom de Joss Mennen n’est certainement pas inconnu auprès des amateurs de Hard FM et d’AOR. Ce chanteur néerlandais fut en effet le chanteur de ZINATRA entre la fin des 80’s et le début des 90’s. Or, ZINATRA a splitté en 1992. Sans perdre de temps, Joss Mennen fonde dans la foulée MENNEN et s’entoure de jeunes musiciens qui en veulent.

L’époque n’était pas favorable au Hard Rock, au Hard mélodique et, en toute logique, MENNEN s’est retrouvé signé sur un petit label (T & T Records). C’est en 1994 que le groupe néerlandais emmené par Joss Mennen effectue ses débuts discographiques, par le biais d’un album sans titre.

La formation néerlandaise articulée autour de 5 musiciens n’a nullement cherché à être « tendance » et propose une tambouille Hard/Heavy-Rock mélodique qui s’inscrit dans la tradition, sans pour autant négliger le fait que le monde entrait en plein mitan des 90’s. Dit autrement, la production de cet album est plus ou moins ancrée dans son époque et, autant prévenir les amateurs de Hard FM, d’AOR, MENNEN s’inscrit donc dans une veine plus foncièrement Hard/Heavy que ne l’était ZINATRA. Dans ce contexte, le groupe emmené par Joss Mennen s’est fendu de quelques morceaux Hard mélodique plutôt bien troussés comme « Power On », un mid-tempo énergique qui n’est pas très éloigné de ce que proposait SCORPIONS pendant la période 1982-84, mais qui fonctionne bien grâce à un chouette refrain, ainsi que la détermination des musiciens qui revigorent le style, « Movin’ On », appuyé par une basse ronflante ou encore « Rock And Roll Over », qui possède une structure à peu près semblable, à l’exception d’un refrain plus teinté période 1988/89, et qui vaut le détour grâce à son énergie, son côté enthousiasmant. Le ton se durcit de manière très marquée sur « Killerdog », un morceau Heavy-Rock pétaradant aux velléités métalliques manifestes qui est joué sur le fil du rasoir avec un chanteur qui va au charbon, prend le taureau par les cornes sans hésiter, ainsi que des guitares agressives, incendiaires. MENNEN s’écarte un peu des sentiers battus du Hard mélodique typé 80’s et surprend agréablement en proposant 3 morceaux qui s’étirent autour de 7 minutes. « Outsiders Of The Storm » commence comme une ballade acoustique puis, sans prévenir, les guitares rugissantes font basculer le titre dans un Heavy-Rock à la fois mélodique et épique, qui s’avère passionnant car prenant, captivant, superbement travaillé, sans faille avec des arrangements au poil, sans oublier un refrain plus mélodique, plus aérien repris en choeur. Le mid-tempo Hard/Heavy à tiroirs « Never Be The Same », aussi mélodique que punchy, qui est chargé d’adrénaline et se signale par l’arrivée impromptue d’un piano triste au milieu de cette décharge électrique, juste avant le solo, conférant à l’ensemble un côté plus sombre, plus dramatique. Quand à « World Affair », c’est un brûlot teinté Metal mélodique punchy, mais également truffé de subtilités mélodiques, qui permet par ailleurs aux guitares de fuser de partout et s’avère convenablement ficelé avec, notamment, un final intense, épique. Quand à « Remember The Days », c’est un mid-tempo à connotation Hard Rock plus conventionnelle qui n’est pas très éloigné de ce qu’ont fait, chacun à leur façon, les VAIN, BABYLON A.D, KILLER DWARFS entre 1989 et 1990 et qui n’apporte pas grand chose de plus. Une reprise figure sur cet album, il s’agit de « Hot Summer Night », une cover de NIGHT qui date de 1979 (et avait atteint la 18ème place du Billboard Hot 100 en son temps), mais qui retrouve là une seconde jeunesse grâce à une version avec plus de testostérone, plus de punch, ainsi qu’un refrain renforcé par des choeurs renforcés. Cette version, bien qu’excellente, est passée inaperçue, vu le contexte de l’époque. Enfin, une power-ballad vient compléter ce disque: « House For Sale », fortement teintée de mélancolie, de tristesse avec des guitares qui pleurent comme ce n’est pas permis, se voit rehaussée par la performance vocale de Joss Mennen qui apporte une intensité à caractère dramatique à l’ensemble, ce qui renforce son côté émotionnel et si cette power-ballad est de bonne facture, elle n’est pas pour autant hymnique, il ne faut point exagérer.

Ce premier album de MENNEN est donc de bonne tenue et c’est surtout l’excellente performance vocale de Joss Mennen qui est à souligner, tant celui-ci se montre impérial. MENNEN est parvenu à dépoussiérer un peu le Hard/Heavy mélodique à l’européenne sans pour autant l’adapter aux tendances du moment. Si cet album n’est pas, dans l’absolu, un chef-d’oeuvre, il se révèle bien plus consistant que bon nombre de disques réalisés à l’époque par de nombreux représentants plus ou moins établis du Hard/Heavy mélodique, mais qui s’étaient alors fourvoyés. Il fait peut-être même partie des satisfactions (peu nombreuses) de l’année 1994 dans ce style. Et si je me fie aux autres disques réalisés par la suite par MENNEN, je serais tenté de dire que s’il devait n’y avoir qu’un seul avoir de ce groupe hollandais à avoir, ce serait celui-là.

Tracklist:
1. Power On
2. Hot Summer Nights
3. Killer Dogs
4. Outsiders Of The Storm
5. Movin’ On
6. World Affair
7. House For Sale
8. Never Be The Same
9. Remember The Days
10. Rock And Roll Over
11. Lost [Bonus-Track]

Line-up:
Joss Mennen (chant)
P.P (guitare)
Eric Van De Kerkhof (guitare)
Frenk Aendenroomer (basse)
Fonny Janssen (batterie)

Labels: Victor (Japon)/T&T Records

Producteur: Wolf G Stach