KryptshowContrairement à ce que pense la majorité des amateurs de rock et de metal, nos musiques préférées peuvent et doivent nous proposer de véritables œuvres artistiques, qui mêlent musique, paroles et illustrations. De nombreux groupes l’ont compris, et notamment les Français de Magoyond qui publient un double album, gorgé de petites pépites musicales insérées dans un ensemble cohérent. En effet, Kryptshow développe tout un univers de zombies, joliment illustré et encarté dans une pochette en carton qui forme un triptyque. Le quatuor nous convie donc à un voyage fantastique, teinté de grand-guignol, à la manière du théâtre du XIXème siècle. C’est d’ailleurs ce que chante El Mago dès « Le Chapiteau des Supplices », en prenant la place de Monsieur Loyal.

Se plaçant dans la lignée de Diabla Swing Orchestra, Magoyond propose un metal avant-gardiste, teinté de jazz, de variété et de metal (et de plein d’autres choses), qui évoque parfois Le Grand Orchestre du Splendid « Vegas Zombie », « Le Pudding à l’Arsenic » (reprise de la chanson d’Astérix et Cléopâtre en 1968) ou « Le Magasin des Suicides », avec ses cuivres, son saxophone et ses paroles abreuvées à l’humour noir. Un soin tout particulier a été apporté à l’écriture des paroles. Il suffit d’écouter la fausse comptine « Le Croque-Mitaine » pour s’en persuader ou les délirants « Zombitch » et « Respawn (Noob Special) » aux petits airs de Jethro Tull, teinté de Manigance et de metal néo-classique. (Je dois avouer que j’ai un faible pour cette chanson qui me fait hurler de rire). Ce mélange des genres est inhérent à cet album qui ne craint pas de déposer dans le même creuset des genres antagonistes ou improbables. Le sombre et amusant « Le Jour des Vivants » évoque Mass Hysteria, avec une touche punk-rock dans le refrain et un intermède variété-rock à la guitare classique.

Pour autant, le quatuor n’oublie pas de nous fournir des riffs épais et lourds en nous prouvant qu’il est aussi un vrai groupe de metal. « Les Fossoyeurs » déverse une musique violente et rapide, sur laquelle les guitaristes s’en donnent à cœur joie. Il en va de même sur « Six Pieds Sous Terre » qui revendique ses racines hard rock. Avec « Le Manoir de Zack Trash » et le heavy « L’Armée Damnée » dont l’orchestration ne déplairait pas à un groupe de black symphonique, nous plongeons en plein univers extrême, sans jamais perdre de vue la mélodie. C’est également flagrant sur l’instrumental « Kryptshow », dont l’atmosphère fait penser à King Diamond. Ce n’est pas étonnant, puisque le groupe propose un shock rock intelligent et mélodique. La présence de paroles en français donne à l’ensemble un côté original, surtout qu’El Mago aime déclamer ses vers, plutôt qu’hurler. « La Rumeur – MONSTER » est un excellent exemple de cette manière de procéder, notamment grâce à la présence de chœurs énormes et d’une seconde voix qui interroge tandis que la voix principale lui répond.

Kryptshow est un album indispensable à tout amateur de musique intelligente, car il nous offre un univers original qui balaie tout le spectre des genres. Un grand bravo, pour un disque qui devrait faire date, si les gens possèdent un peu d’intelligence artistique. Indubitablement, mon coup de cœur de cette année !

Tracklisting :
CD 1 – Kryptshow
1. Le Chapiteau des Supplices
2. Vegas Zombie (feat. Norieh)
3. Le Manoir de Zack Trash
4. Zone Zero
5. Syndrome
6. Le Magasin des Suicides
7. L’Armée Damnée
8. Le Jour des Vivants
9. Le Croque-Mitaine
10. Kryptshow (Instrumental)
11. Les Fossoyeurs

CD 2 – Les Chroniques de la Crypte
1. Chimera
2. Six Pieds Sous Terre
3. Vegas Zombie
4. Chronique du Magasin #1
5. Le Pudding à l’Arsenic
6. Chronique du Magasin #2
7. Murmures
8. La Rumeur – MONSTER
9. Zombitch
10. Les Zombies
11. Respawn (Noob Special)
12-21. Versions instrumentales des morceaux du CD1.

Musiciens :
Julien « El Mago » Escalas — Chant, guitare rythmique
Arnaud « Aspic » Condé — Basse, claviers, instruments additionnels
Victor « Vito » Bruzzi — Guitare soliste
Bruno « Nobru » Guerzoni — Batterie