coverCe qui a de bien avec Death Angel, c’est qu’on est sûr de ne pas être déçu. Le groupe n’a jamais sorti de mauvais album, même si on pourrait déplorer que ces derniers années ils se cantonnent surtout à un style « bêtement Thrash » là où ils n’hésitaient pas à innover et à croiser les styles à une certaine époque. Mais il est probable que les fans de Metal purs et durs sont encore moins enclins à accepter de la fusion dans le Thrash qu’ils l’étaient en 1990. Dommage, mais qu’est-ce qu’on peut faire ? Eh bien profiter du dernier Death Angel, Humanicide, pour ce qu’il est: un album de Thrash bien fichu qui envoie du bois. Soyons clair, avec Humanicide Death Angel n’arrive pas à atteindre le niveau de The Evil Divine, mais il faut dire que celui-ci était l’un des meilleurs albums du groupe depuis sa reformation.

Si l’intro de « Humanicide » a un petit côté Maiden avec ses guitares harmonisées, on retrouve bien vide un titre cent pour cent Thrash. Riffs et batterie ultra-rapides, chant hargneux, Death Angel montre une fois de plus qu’ils font partie des meilleurs du style, et tant pis pour ceux qui n’arrivent pas à aller voir plus loin que les habituels Big Four. Après cette entrée de jeu qui fait très mal, « Divine Defector » se fait encore plus furieux avec un Mark Osegueda qui hurle à s’arracher les cordes vocales. Le break musical permet de temporiser quelque peu le côté bourrin, mais ce n’est que pour repartir de plus belle. Si l’intro acoustique de « Aggressor » laisse penser qu’on va avoir un peu de répit, c’est en réalité loin d’être le cas. Malgré un côté un peu plus mélodique, nous restons en présence d’un titre Thrash rageur comme il se doit, avec un refrain bien hargneux.   Le solo est, comme toujours avec Cavestany, un petit bijou. Avec un titre comme « I Came For Blood », vous pensez bien que l’on ne va pas avoir droit à une ballade et vous avez raison. Il se dégage de ce titre un côté Punk Hardcore qui ravira certains. Il faut attendre « Immortal Behated » pour que Death Angel ralentisse enfin le rythme avec un mid-tempo sombre et mélodique du plus bel effet. Le titre s’achève sur un beau duo entre Rob Cabestany à la guitare acoustique et la pianiste ukrainienne Vika Yermolyeva. Retour aux riffs thrash sanguinaires avec un « Alive And Screaming » du plus bel effet. Death Angel continue à nous sortir des titres Thrash efficaces entre old school et modernité avec « The Pack » et« Ghost Of Me » ; « Revelation Song », de son côté, se révèle un mid-tempo Heavy du plus bel effet. Fureur et mélodies sont au programme de « Of Rats And Men » tandis que le bonus « The Days I Walked Away » a un souffle épique que n’aurait pas renié Iced Earth.

Encore une fois, Death Angel a réalisé avec Humanicide un très bon cru. Sans surprise, ce sont les moments les plus originaux (« Agressor », « Immortal Behated » ou encore « The Days I Walker Away ») qui pour moi se détachent le plus, mais les autres titres raviront sans aucun doute les adeptes d’émotions fortes. Bref entre cet album et le dernier Overkill, les fans de Thrash auront eu de quoi faire en cette année 2019 !

Tracklist:
1. Humanicide
2. Divine Defector
3. Aggressor
4. I Came For Blood
5. Immortal Behated
6. Alive and Screaming
7. The Pack
8. Ghost Of Me
9. Revelation Song
10. Of Rats And Men
11. The Day I Walked Away

Musiciens:
Mark Osegueda: Chant
Rob Cavestany: Guitare
Ted Aguilar: Guitare
Damien Sisson: Basse
Will Carroll: Batterie

Producteur: Jason Suecof

Publicités