testament-the-new-order-6

Nous sommes en 2019 et, par ricochet, l’occasion est trop belle de fêter les 30 ans de l’année 1989. Si ça me tient à coeur d’en parler, c’est parce que cette année fut riche en découvertes musicales pour moi, qui était encore sur les bancs du lycée à cette époque. 1989 est aussi pour moi une année chargée de souvenirs (le plus mémorable d’entre eux: j’ai mangé des merguez crues un jour de juillet 89, chose pas vraiment banale). Revenons donc sur ce qui s’était passé musicalement cette année-là, tant dans le Hard Rock/Metal que dans les quelques autres styles musicaux (et c’est pour cette raison que cet article/dossier figure aussi bien sur HR80 que sur son site cousin Classic Rock 80). Il convient tout de même de préciser que l’année 1989 ne sera pas abordée chronologiquement dans ce dossier.

I. Les albums Hard-Rock/Metal les plus marquants.

L’année 1989 a vu sortir de nombreux albums qui sont devenus des références avec le temps. Parmi eux, il y a les blockbusters inévitables tels que Dr. Feelgood de MÖTLEY CRÜE, qui a vu la bande à Nikki Sixx au meilleur de sa forme, avec des classiques de la trempe d’un « Kickstart My Heart », d’un « Don’t Go Away Mad », d’un « Dr. Feelgood » ou d’un « Same Ol’ Situation », Pump d’AEROSMITH, qui a confirmé le retour en force des Dupondts Volants amorcé 2 ans plus tôt avec Permanent Vacation, et qui a été illustré par une belle brochette de grands titres: « Love In An Elevator », « The Other Side », « Janie’s Got A Gun », la jolie ballade « What It Takes », sans oublier les « Young Lust », « Monkey On My Back ». Autre gros carton de l’année 1989, le premier album éponyme de SKID ROW qui a cassé la baraque, mis sur orbite par l’hymne « Youth Gone Wild », les ballades « 18 And Life » et « I Remember You », et dans une moindre mesure « Piece Of Me », « Big Guns », « Sweet Little Sister ». Ces 3 albums se sont vendus par millions à échelle planétaire.

 Résultat de recherche d'images pour "motley crue dr feelgood 100 x 100"   Résultat de recherche d'images pour "skid row self titled 100 x 100" Résultat de recherche d'images pour "aerosmith pump wikipedia"

Outre ces 3 disques, d’autres galettes se sont avérées marquantes: Sonic Temple de THE CULT, The Great Radio Controversy de TESLA, Cocked And Loaded de L.A GUNS, Wake Me When It’s Over de FASTER PUSSYCAT, Twice Shy de GREAT WHITE, l’album éponyme du supergroupe BAD ENGLISH, qui comprenait dans ses rangs 2 musiciens de JOURNEY (le guitariste Neal Schon et le clavieriste Jonathan Cain) et quelques pointures de renoms (le chanteur John Waite et le batteur Deen Castronovo), The Miracle de QUEEN, The Real Thing de FAITH NO MORE (une des pierres angulaires de la Fusion), Mother’s Milk des RED HOT CHILI PEPPERS, ces disques ont tous été couronnés de disques d’or et de platine (l’opus de GREAT WHITE a même été certifié double platine aux USA).

Résultat de recherche d'images pour "the cult sonic temple 200 x 200"  Résultat de recherche d'images pour "tesla the great radio controversy 200 x 200"  Résultat de recherche d'images pour "l.a guns cocket and loaded 200 x 200"  Résultat de recherche d'images pour "faster pussycat wake up when it's over 200 x 200"  Résultat de recherche d'images pour "great white twice shy 200 x 200"  Résultat de recherche d'images pour "bad english 1989 200 x 200"  Résultat de recherche d'images pour "queen the miracle 200x200"    Résultat de recherche d'images pour "red hot chili peppers mother's milk wiki"    Résultat de recherche d'images pour "faith no more the real thing wiki"

Mentionnons également les sorties de Trouble Walkin’ de Ace FREHLEY (qui a peut-être signé son meilleur disque dans les 80’s), Point Blank de BONFIRE, Symphonies Of Sickness de CARCASS (un des disques importants en matière de Grindcore), Transcendance de CRIMSON GLORY, No More Color de CORONER, No Fuel Left For The Pilgrims de D.A.D, Fabulous Disaster d’EXODUS, Perfect Symmetry de FATES WARNING, After The War de Gary MOORE, In The Land Of Sin And Salvation des GEORGIA SATELLITES, Conspiracy de KING DIAMOND, Play With Fire des Russes d’ARIA, Gretchen Goes To Nebraska de KING’S X qui proposait une approche du Hard Rock originale et inspirée, In Your Face de KINGDOM COME (peut-être leur meilleur opus discographique ?), Street Ready de LEATHERWOLF, Indian Warrior de HAVANA BLACK, Love And War de LILIAN AXE, Soldier Of Furtune de LOUDNESS (avec l’américain Michael Vescera au chant), Seasons End de MARILLION, Fire Fire de EZO, Tough It Out de FM, Save Yourself de MSG, Geared & Primed de ROYAL COURT OF CHINA, l’album éponyme de RAGING SLAB, The Years Of Decay d’OVERKILL, Extreme Agression de KREATOR, Death Or Glory de RUNNING WILD, Gutter Ballet de SAVATAGE, Blessing In Disguise de METAL CHURCH, Game Over de NUCLEAR ASSAULT, Slam de DAN REED NETWORK, Terminal Earth de SCANNER, Don’t Touch Me There de SILENT RAGE, Not Fakin’ It de Michael MONROE, Four Winds de TANGIER, Intuition de TNT, Concrete Killers de SHOK PARIS, Agent Orange de SODOM, Practice What You Preach de TESTAMENT, Eye Of The Storm de STORMWITCH, The Headless Children de WASP, Big Game de WHITE LION, Mean Machine de UDO, Theater Of Fate de VIPER (groupe au sein duquel officiait à l’époque un certain André Matos), Blue Blood de X JAPAN (album dont les ventes au Pays du Soleil Levant sont estimées entre 700000 et 1 million d’exemplaires), l’album solo Fire And Gasoline de Steve JONES (guitariste iconique des SEX PISTOLS), Walk In The Fire de STRANGEWAYS, le cultissime Dynamite Sex Dose de GLORIOUS BANKROBBERS ou encore le live d’Yngwie MALMSTEEN Live In Leningrad: Trial By Fire, voire Tales Of Creation de CANDLEMASS et The Buzz Factory de SCREAMING TREES, dans une moindre mesure.

Résultat de recherche d'images pour "d.a.d no fuel left for the pilgrims 200x200"  Résultat de recherche d'images pour "exodus fabulous disaster 200x200"  Résultat de recherche d'images pour "gary moore after the war"  Résultat de recherche d'images pour "fates warning perfect symmetry"  Résultat de recherche d'images pour "king diamond conspiracy"  Résultat de recherche d'images pour "king's x gretchen goes to nebraska"  Résultat de recherche d'images pour "leatherwolf street ready"  Résultat de recherche d'images pour "lillian axe love and war"  Résultat de recherche d'images pour "kreator extreme aggression wikipedia"  Résultat de recherche d'images pour "raging slab 1989"  Résultat de recherche d'images pour "running wild death or glory"  Résultat de recherche d'images pour "savatage gutter ballet"  Résultat de recherche d'images pour "dan reed network slam"  Résultat de recherche d'images pour "steve stevens atomic playboys"  Résultat de recherche d'images pour "wasp the headless children"

Dans une moindre mesure, signalons tout de même les sorties de Slip Of The Tongue de WHITESNAKE, Hot In The Shade de KISS et Dirty Rotten Filthy Stinking Rich, le premier album de WARRANT, ainsi que Trash d’ALICE COOPER qui, si elles ne font pas l’unanimité auprès des fans sur le plan qualitatif, ont été couronnées de succès, notamment aux USA.

Résultat de recherche d'images pour "whitesnake slip of the tongue"  Résultat de recherche d'images pour "kiss hot in the shade"  Résultat de recherche d'images pour "warrant dirty rotten filthy stinking rich" Résultat de recherche d'images pour "alice cooper trash"
II. Des débuts discographiques fort prometteurs.

Si l’année 1989 a été marquée par de nombreuses confirmations, elle a permis à plusieurs nouveaux venus dans le circuit Hard Rock/Metal de marquer leur territoire, de s’affirmer comme de potentielles relèves. En effet, nombreux ont été les premiers albums à avoir marqué plusieurs esprits. Le premier album éponyme de SKID ROW a cassé la baraque. Dans son sillage, outre WARRANT qui a été propulsé vers les hautes cimes des charts grâce à la ballade « Heaven » (2ème aux USA, 5ème au Canada) et, dans une moindre mesure, « Down Boys » (27ème aux USA), de nombreuses jeunes formations ont sorti des premiers albums qui laissaient entrevoir un avenir radieux: MR. BIG avec son éponyme, ENUFF Z’NUFF avec également un éponyme sous le coude, BANG TANGO avec Psycho Café, TORA TORA avec Surprise Attack, BONHAM avec The Disregard Of Timekeeping, CATS IN BOOTS avec Kicked & Klawed, VAIN avec No Respect, ANNIHILATOR avec l’immense Alice In Hell, AXXIS avec Kingdom Of The Night, DORO avec Force Majeure qui a vu l’ex-chanteuse de WARLOCK bien entamer sa carrière solo, GUN avec Taking On The World, HEAVEN’S GATE avec In Control, les originaux NUCLEAR VALDEZ avec I Am I, SHARK ISLAND avec Law And The Order, Steve STEVENS, le guitariste de Billy IDOL, avec Atomic Playboys, VOODOO X avec The Awakening Vol. 1, LAW AND ORDER avec Guilty Innocence, ELECTRIC BOYS avec Funk-O-Metal Carpet Ride, OBITUARY avec Slowly We Rot, sans oublier les opus éponymes de BADLANDS, BABYLON A.D., THE BIG F (une sorte d’ovni, à l’époque), BLUE MURDER, DANGEROUS TOYS, EXTREME, DANGER DANGER, JUNKYARD, GORKY PARK, PINK CREAM 69, PHANTOM BLUE, PRINCESS PANG, MASTER OF REALITY, SEA HAGS, THE FRONT.

Résultat de recherche d'images pour "mr. big self titled"  Résultat de recherche d'images pour "enuff znuff self titled"  Résultat de recherche d'images pour "bang tango psycho cafe"  Résultat de recherche d'images pour "annihilator alice in hell"  Résultat de recherche d'images pour "doro force majeure"  Résultat de recherche d'images pour "vain no respect 200 x 200"  Résultat de recherche d'images pour "nuclear valdez i am i"  Résultat de recherche d'images pour "electric boys funk o metal carpet ride 200 x 200"  Résultat de recherche d'images pour "obituary slowly we rot"  Résultat de recherche d'images pour "dangerous toys self titled"  Résultat de recherche d'images pour "extreme self titled"  Résultat de recherche d'images pour "junkyard self titled 200 x 200"  Résultat de recherche d'images pour "pink cream 69 self titled"  Résultat de recherche d'images pour "master of reality 1989 record"  Résultat de recherche d'images pour "the front 1989"

Hard Rock, Hard FM, Heavy Metal, Thrash, Fusion, Glam, Grindcore, Doom, Death, Rock Progressif, Metal Progressif, même Stoner (Cf. le premier opus de MASTER OF REALITY)… Il y en avait vraiment pour tous les goûts. Sans parler de certains disques hybrides qui sortaient des sentiers battus (THE BIG F, NUCLEAR VALDEZ…).

Enfin, à titre anecdotique, STRATOVARIUS (Fright Night) et DREAM THEATER (When Dream And Day Unite) ont sorti cette année-là leurs premiers albums discographiques et même si l’importance de ceux-ci est restée mineure, ils ont au moins eu le mérite de lancer les carrières de ces groupes…

III. Hard Rock, Metal & Hit-Parades

L’année 1989, si elle n’est pas historiquement la plus marquante pour le Hard Rock, dans le Top albums US (Billboard Top 200), a quand même vu GUNS N’ ROSES squatter la 1ère place avec Appetite For Destruction pendant la semaine du 11 Février 1989 et se payer le luxe de placer GN’R Lies (sorti 1 an après) à la 4ème place. Placer 2 albums dans le Top 5 est une performance peu commune et GUNS N’ ROSES a réussi là quelque chose qui ne s’était pas produit depuis des lustres. Outre GUNS N’ ROSES, MÖTLEY CRÜE fut l’autre heureux représentant du Hard Rock à avoir eu le privilège de se classer n° 1 au Billboard (durant 2 semaines en Octobre) avec Dr. Feelgood. Dans un registre plus soft (Pop-Rock/AOR), Richard MARX est également parvenu à se hisser sur la 1ère place du Billboard Top 200 avec Repeat Offender lors de la semaine du 2 Septembre. Les autres groupes (AEROSMITH, SKID ROW, WHITESNAKE, GREAT WHITE, BAD ENGLISH, RED HOT CHILI PEPPERS…) ont dû se contenter de places d’honneur. Toutefois, il convient de signaler que certaines semaines, on recensait une trentaine, voire une quarantaine d’albums estampillés Hard Rock/Metal dans le Billboard.Voici quelques exemples avec:

– La semaine du 21/10/89: http://www.billboard.com/charts/billboard-200/1989-10-21

Par ailleurs, on remarquera que le Rock, au sens large du terme, était fort bien représenté. C’était une autre époque…

En ce qui concerne, le Billboard Hot 100, plusieurs chansons de groupes estampillés Hard Rock sont parvenues à se hisser dans le Top 10. Voici les titres en question (en gras, ceux qui se sont classés n°1):

– Armageddon It (DEF LEPPARD): #3
– When The Children Cry (WHITE LION): #3
– Born To Be My Baby (BON JOVI): #3
– Paradise City (GUNS N’ ROSES): #5
– Your Mama Don’t Dance (POISON): #10
– I’ll Be There For You (BON JOVI): #1
– Second Chance (38 SPECIAL): #6
– Patience (GUNS N’ ROSES): #4
– Close My Eyes Forever (Lita FORD & Ozzy OSBOURNE): #8
– Lay Your Hands On Me (BON JOVI): #7
– Once Bitten, Twice Shy (GREAT WHITE): #5
– Heaven (WARRANT): #2
– 18 And Life (SKID ROW): #4
– Love In An Elevator (AEROSMITH): #5
– Dr. Feelgood (MÖTLEY CRÜE): #6
– When I See You Smile (BAD ENGLISH): #1
– Poison (ALICE COOPER): #7

– Living In Sin (BON JOVI): #9

Ce qui fait un total de 18 titres ! Alors, certes, certains ne manqueront pas de faire remarquer que nombreux de ces titres sont des ballades, que d’autres portent l’empreinte de Desmond Child, qu’il y a quelques reprises aussi. D’autres pourront aussi rétorquer qu’il y avait des groupes qui avaient de meilleurs titres qui, eux, n’ont pas eu la même réussite, la même chance. Certes, certes… Il n’empêche que le Hard Rock, le Rock au sens large du terme avaient pu bénéficier d’une certaine visibilité et, de nos jours , un tel scénario est totalement impensable. Il faut aussi avoir à l’esprit qu’en 1994, soit 5 ans plus tard, le Rock avait quasiment disparu des Top-Singles (seul « Always » de BON JOVI était parvenu à accrocher un strapontin dans ce Top 10 en s’étant classé 4ème). Alors, quelles que soient les appréciations que tout un chacun peut avoir de ces titres, je ne cracherai pas dans la soupe et, à titre personnel, je préfère me dire que j’ai finalement été chanceux d’avoir connu et vécu ça en direct. Oui, vraiment, c’était une autre époque…

IV. En complément…

L’année 1989 fut marquée par la chute du Mur de Berlin. Cette même année, s’est tenu un événement musical important les 12 et 13 Août: le Moscow Music Peace Festival. Mis en place par Make A Difference Foundation, le manager Doc McGhee (qui s’occupait des affaires de nombreux groupes présents sur cette affiche) et le musiciens et producteur russe Stas Namin, le Moscow Music Peace Festival a été le premier Festival international de Rock dans l’ex-URSS et la presse occidentale l’avait même surnommé le « Woodstock russe ». Ce sont BON JOVI, CINDERELLA, SKID ROW, MÖTLEY CRÜE, GORKY PARK (la vedette locale), Ozzy OSBOURNE et SCORPIONS qui ont pris part à cet événement qui s’est tenu devant 200000 spectateurs.

Image associée

Voici d’ailleurs quelques extraits vidéos de cet événement:

V. … Et en dehors de la sphère Hard Rock/Metal…

Si l’année 1989 fut copieuse pour les aficionados de Hard Rock et de Heavy Metal, elle a eu aussi son lot d’excellentes choses, de bonnes surprises dans d’autres registres musicaux. Je ne vais pas vous parler des Bobby BROWN, Paula ABDUL, Janet JACKSON, MADONNA, NEW KIDS ON THE BLOCKS (ou plutôt, les New Kids qui débloquent, devrait-on les appeler), Milli VANILLI, Jody WATLEY, YOUNG MC, DINO, Donna SUMMER, d’autant que je suis totalement insensible à leurs « charmes ». Non, je vais parler d’autres artistes.Tout d’abord, l’année 1989 a été marquée par l’entrée au Rock And Roll Hall Of Fame (qui, de nos jours, ne signifie plus rien) des ROLLING STONES (qui, par ailleurs, ont eu une actualité musicale bien remplie cette année-là), DION, Otis REDDING, mais également des TEMPTATIONS et Stevie WONDER.

En ce qui concerne les sorties d’albums, de nombreuses mériteraient d’être signalées. Tout d’abord, dans un registre Soft-Rock/AOR, quasiment à la frontière du Hard FM, Soul Provider de Michael BOLTON (certifié 6 fois platine aux USA, 5 fois platine au Canada, 4 fois platine en Grande Bretagne, double platine en Australie, disque d’or en Nouvelle-Zélande et en Espagne, entre autres) et Repeat Offender de Richard MARX (certifié 6 fois platine au Canada, 4 fois platine aux USA, disque d’or en Grande Bretagne, Allemagne, Suède et Suisse; par ailleurs contenant les hits « Satisfied » et « Right Here Waiting », classés n°1 aux USA et « Angelia », classé n°4) ont été plébiscités comme l’attestent leurs statistiques.

Résultat de recherche d'images pour "michael bolton soul provider"  Résultat de recherche d'images pour "richard marx repeat offender"
Cette année-là, le Punk fut aussi à l’honneur grâce à GORILLA BISCUITS avec Start Today, BAD RELIGION avec No Control, les RAMONES avec Brain Drain, OPERATION IVY (qui oeuvrait plutôt dans le Ska-Punk) avec Energy.
Résultat de recherche d'images pour "bad religion no control"  Résultat de recherche d'images pour "gorilla biscuits start today 200 x 200"  Résultat de recherche d'images pour "ramones brain drain"

L’année 1989 a été également marquée par des retours en forme réjouissants, voire inespérés, de groupes et artistes légendaires comme les ROLLING STONES avec Steel Wheel (cet album étant même à ce jour le meilleur qu’ils aient fait depuis 40 ans), Bob DYLAN avec Oh Mercy (après 3 albums médiocres désavoués tant par la critique que par le public), Neil YOUNG avec Freedom, Joan BAEZ avec Speaking Of Dreams (son meilleur opus depuis Diamonds And Rust, paru en 1975),  Eric CLAPTON avec Journeyman, Paul McCARTNEY avec Flowers In The Dirt, Elton JOHN avec Sleeping With The Past, THE CHARLIE DANIELS BAND avec Simple Man. D’autre part, après une période de flottement, en partie dûe au décès d’un de ses membres, les B52’S ont remarquablement relevé la tête avec l’album Cosmic Thing, en guise de pied de nez au destin. Après 15 ans d’absence, TEN YEARS AFTER s’est fendu d’un retour aux affaires réussi avec le remarquable About Time, injustement snobé en son temps, mais réhabilité à postériori et, qui plus est, étant le dernier opus du groupe avec l’emblématique chanteur/guitariste Alvin Lee. Plus inattendu fut le retour dans les radars de POCO, groupe de Country-Rock qui fut sur la brèche entre la fin des 60’s et une bonne partie des 70’s et qui, avec le retour de son line-up historique (qui comprenait, notamment, Jim Messina), a obtenu un de ses plus grands succès avec Legacy, son 17ème album studio. Par ailleurs, signalons que Bonnie RAITT a rencontré un succès aussi bien auprès du public que de la critique avec son 10ème album studio, Nick Of Time, qui a atteint la 1ère place du Billboard l’année suivante, ce qui fut pour elle la consécration d’une carrière entamée en 1971.

Résultat de recherche d'images pour "rolling stones steel wheels wiki"  Résultat de recherche d'images pour "bob dylan oh mercy"  Résultat de recherche d'images pour "neil young freedom"  Résultat de recherche d'images pour "joan baez speaking of dreams"  Résultat de recherche d'images pour "paul mccartney flowers in the dirt 200 x 200"  Résultat de recherche d'images pour "the charlie daniels band simple man 200 x 200"  Résultat de recherche d'images pour "the b-52's cosmic thing"  Résultat de recherche d'images pour "poco legacy"  Résultat de recherche d'images pour "bonnie raitt - nick of time"

Parmi les autres satisfactions de l’année, mentionnons Heart Of Stone de CHER, qui a pu compter sur les collaborations de Desmond Child, Jon Bon Jovi, Richie Sambora et Michael Bolton, Storm Front de Billy JOEL, The Sensual World de Kate BUSH, A Night To Remember de Cyndi LAUPER, Street Fighting Years de SIMPLE MINDS (qui fut pourtant dénigré à sa sortie, mais heureusement réhabilité, avec le temps), …But Seriously de Phil COLLINS. Ont également confirmé tout le bien qu’on pensait d’eux: THE CURE avec Disintegration (qui reste à ce jour son plus grand succès commercial aux USA), TEARS FOR FEARS avec The Seeds Of Love (porté par l’extraordinaire tube qu’est « Sowing The Seeds Of Love »), Don HENLEY avec The End Of The Innocence (un album blindé d’invités allant de Bruce Hornsby à Wayne Shorter, en passant par Patty Smith, Axl Rose, Sheryl Crow, Melissa Etheridge, Edie Brickell) Tom PETTY avec Full Moon Fever, Chris ISAAK avec Heart Shaped World, Belinda CARLISLE avec Runaway Horses, Stevie Ray VAUGHAN avec In Step, Chris REA avec The Road To Hell, John Cougar MELLENCAMP avec Big Daddy, Emmylou HARRIS avec Bluebird, THE POGUES avec Peace And Love, COCK ROBIN avec First Love Last Rites, Dolly PARTON avec White Limozeen, Elvis COSTELLO avec Spike (porté par le tube entêtant « Veronica »), THE SMITHEREENS avec 11, Peter MURPHY (chanteur de BAUHAUS) avec Deep., 10,000 MANIACS avec Blind Man’s Zoo.

Résultat de recherche d'images pour "cher heart of stone 1989"  Résultat de recherche d'images pour "kate bush the sensual world"  Résultat de recherche d'images pour "simple minds street fighting years"  Résultat de recherche d'images pour "the cure disintegration wiki"  Résultat de recherche d'images pour "tears for fears the seeds of love"  Résultat de recherche d'images pour "don henley - the end of the innocence"  Résultat de recherche d'images pour "tom petty full moon fever 200 x 200"  Résultat de recherche d'images pour "chris isaak heart shaped world"  Résultat de recherche d'images pour "belinda carlisle runaway horses"  Résultat de recherche d'images pour "stevie ray vaughan in step"  Résultat de recherche d'images pour "chris rea the road to hell wiki"  Résultat de recherche d'images pour "elvis costello spike"

De nombreux artistes qui se sont révélés par de très bons débuts discographiques en 1988 (ou auparavant) sont plus ou moins parvenus à confirmer l’année suivante avec leurs seconds albums respectifs, en tout cas à se montrer potentiellement crédibles sur le long terme. Dans ce cas de figure, on citera, bien entendu, Tracy CHAPMAN avec Crossroads (qui a obtenu plusieurs certifications or et platine dans le monde, ainsi qu’une 1ère place en Grande Bretagne, en Allemagne et en Nouvelle-Zélande), ainsi que Melissa ETHERIDGE avec Brave And Crazy, THE PIXIES avec Doolittle, BLUE RODEO avec Diamond Mine (même si leur premier album datait en fait de 1987), DEL AMITRI avec Waking Hours, THE TRAGICALLY HIP avec Up To Here.

Résultat de recherche d'images pour "tracy chapman crossroads"  Résultat de recherche d'images pour "melissa etheridge brave and crazy wiki"  Résultat de recherche d'images pour "the pixies doolittle"  Résultat de recherche d'images pour "blue rodeo diamond mine"  Résultat de recherche d'images pour "del amitri waking hours"

Dans la catégorie des albums convenables/passables (comprendre par là: s’ils valent le détour, ils auraient pu être encore meilleurs), on citera Change de THE ALARM, Powerful Stuff de THE FABULOUS THUNDERBIRDS, Thunder And Fire de JASON & THE SCORCHERS, Here Today, Tomorrow Next Week! de THE SUGARCUBES, 3 de VIOLENT FEMMES (qui est en fait leur 4ème album), Cry Like A Rainstorm, Howl Like The Wind de Linda RONDSTADT, l’album sans titre de LOVE AND ROCKETS (son 4ème de rang), Don’t Tell A Soul de THE REPLACEMENTS, Book Of Days de THE PSYCHEDELIC FURS.

Résultat de recherche d'images pour "jason & the scorchers thunder and fire 200 x 200"  Résultat de recherche d'images pour "violent femmes 3"  Résultat de recherche d'images pour "the psychedelic furs book of days"

Et puis, certains artistes ont effectué leurs premiers pas discographiques qui se sont révélés fort prometteurs pour la suite de leurs carrières. Le premier album éponyme d’Alannah MYLES, couronné de succès (disque de diamant au Canada où le disque a séjourné 79 semaines dans les charts) et porté par le tube planétaire « Black Velvet », mais également le groupe de Rock Progressif adepte des jams instrumentales PHISH avec Junta, un double album de plus de 2 heures (pour un premier album, il fallait vraiment oser !), Lenny KRAVITZ avec un Let Love Rule qui allait le lancer durablement sur la voie du succès, le premier album éponyme de Garth BROOKS, superstar de la Country en devenir, qui inaugurait une longue série de disques certifiés multiplatines et diamants aux USA. A ces albums, on peut également ajouter l’éponyme des britanniques de KING SWAMP, celui des australiens de Johnny DIESEL AND THE INJECTORS, celui de Maria McKEE, qui s’était fait connaître auparavant au sein de LONE JUSTICE (groupe issu de la scène Cowpunk qui avait aussi tâté du Rockabilly), Pickin’ On Nashville de THE KENTUCKY HEADHUNTERS (qui demeure à ce jour son plus grand succès).

Résultat de recherche d'images pour "alannah myles self titled"  Résultat de recherche d'images pour "phish junta"  Résultat de recherche d'images pour "lenny kravitz let love rule"  Résultat de recherche d'images pour "garth brooks 1989"  Résultat de recherche d'images pour "king swamp self titled"  Résultat de recherche d'images pour "the kentucky headhunters pickin on nashville wiki"

Par contre, on ne s’attardera pas sur les retours ratés de JEFFERSON AIRPLANE (avec un album éponyme insipide) et des DOOBIE BROTHERS avec Cycle, un 10ème album studio qui, bien que boosté par le single « The Doctor » (classé 9ème au Billboard Hot 100), s’est avéré en dessous des précédents travaux du groupe. Enfin, une larme à l’oeil est de rigueur pour conclure ce tour d’horizon musical de l’année 1989 puisque c’est durant cette priode qu’est sorti l’album-posthume de Roy ORBISON Mystery Girl, qui renferme notamment le hit planétaire « You Got It » et a prouvé à quel point il fut un immense chanteur.

Bien entendu, on pourra toujours objecter qu’il manque tel ou tel album sorti cette année-là, la liste ici présente est loin d’être exhaustive. Toujours est-il que l’année 1989 fut quand même très prolifique et, aussi bien dans l’underground que dans les sphères mainstream, tout un chacun pouvait trouver de quoi satisfaire ses envies musicales, il y avait une gamme de choix assez large. Entre confirmations, révélations, déceptions et résurrections, on peut dire que l’actualité de l’année 1989 fut plus que chargée.
Publicités