ozzy

En 2010, la société américaine Knome a prélevé des échantillons de sang d’Ozzy Osbourne pour analyser son ADN. Le but de l’étude était d’essayer de comprendre comment il avait survécu à des décennies d’abus d’alcool et de drogues.

Les analyses ont montré qu’Ozzy avait une mutation des gènes qui affectent le métabolisme de l’alcool ce qui pourrait expliquer sa résistance à l’abus de cette substance. Par contre, les autres variations génétiques découvertes expliqueraient plutôt sa prédisposition à être dépendant à l’alcool et aux drogues.

Bill Sullivan, professeur à la faculté de médecine de l’Université d’Indiana, écrit dans son nouveau livre “Pleased to Meet Me: Genes, Germs and the Curious Forces that Make Us Who We Are” (National Geographic) : « Ozzy est en fait un mutant ».

Publicités