Pochette_2eme_album-

Metral est un groupe cannois fondé dans les années 80. Un groupe qui a connu nombre de changements de line-up, quelques breaks et qui finalement n’a sorti que quelques EP et seulement deux albums. Le bilan est assez maigre pour groupe aussi ancien mais c’est le prix à payer quand on n’a pas le   soutien d’une major compagnie. L’industrie musicale n’a pas de pitié ni de gout quand on entend certaines productions mais ainsi va la vie et l’un des rares avantages des groupes auto-produits, c’est de n’avoir aucune pression à subir et de faire la musique qu’ils aiment mais revenons à nos moutons et passons à L’Ombre du Sang le deuxième album des azuréens. Un album sorti en mai 2018 et la première chose que constate c’est une pochette de qualité signée Stan W Decker. Un disque qui débute avec une intro assez inquiétante avant que des guitares agressives ne prennent le relais, « Les Cavaliers de l’Apocalypse » sonne franchement eightie et me renvoie illico presto vers cette grande époque chère à notre site. Une rythmique impeccable, des riffs et des solos de guitares ahurissants et Denis qui nage comme un poisson dans l’eau donne une très bonne entrée en matière et « Plaisirs Solitaires » confirme cette première impression avec ses changements de tempo franchement réussis, le groupe assure un max et je ne trouve aucun point faible sur ce titre au texte assez sarcastique sur l’égo masculin. Après un titre assez léger (au niveau des paroles), Métral semble aborder un sujet plus personnel avec « Mon Ami », un titre que j’assimilerai à  «Ton Dernier Acte » tant les paroles sont touchantes mais les paroles ne sont qu’une des parties pour réussir une bonne chanson, il faut aussi une musique qui envoie et c’est le cas sur ce titre ou mes oreilles se  régalent au son de ces guitares endiablées et d’une rythmique implacable et je replonge avec délectation dans la grande époque du hard-rock français. Celle ou les vulcains, Trust, Adx et consorts rivalisaient avec les meilleurs ! La frappe lourde de Christian annonce « Son Histoire », un titre qui démontre une fois de plus les talents de compositeur de Denis et comme le groupe derrière est franchement bon, on obtient un titre franchement agréable à écouter. Des guitares mordantes annoncent « Le Temps Qui Passe », une chanson qui pourrait résumer l’histoire de chacun de nous. Denis nous offre une autre facette de sa voix et c’est franchement bon, certainement un de ces titres qui aura une place d’honneur sur ma playlist personnelle. L’accélération surprise en fin de titre est une franche réussite. « Jalousie » décrit assez fidèlement un sentiment pas vraiment sympa avec des mots assez réalistes, la rythmique est encore une fois implacable et les guitaristes s’en donnent à cœur joie pour nous offrir quelques solos pas piqués des hannetons. Le très touchant « Les Enfants De La Misère » arracherait des larmes à un crocodile affamé, un très beau titre qui traite d’un mal qui ronge nos rues et je reconnais que l’alternance tempo lent et rythme rapide passe comme une lettre à la poste.  « L’ombre du Sang » clôture ce disque, après une intro franchement déconseillée aux claustrophobes, on a droit à un titre qui vous tient en haleine grâce notamment à des riffs endiablés et à un vocaliste qui maitrise parfaitement son sujet. Une très bonne façon de clôturer ce disque qui mériterait d’être reconnu à sa juste valeur.

Que dire de ce disque hormis que je me suis régalé du début à la fin ? Pas grand-chose en fait, un disque que je conseillerait à tous les fans de hard-rock eightie ! je vais de ce pas me plonger dans la discographie de Metral …

Album disponible sur : http://www.facebook/Metral06

Ma Note : 18/20

Tracklist:
1.Les Cavaliers de l’Apocalypse
2.Plaisirs Solitaires
3.Mon Ami
4.Son Histoire
5.Le Temps Qui Passe
6.Jalousie
7.Les Enfants de la Misère
8.L’Ombre du Sang

Musiciens:
Chant : Denis: Chant
Guy: Basse
Pete: Guitare
Loïc: Guitare
Christian: Batterie

Publicités