500x500

Touch est un groupe de rock français originaire de Nantes qui accueille au micro un chanteur québécois, Bruno Pelletier, qui peut se targuer d’une longue carrière à la fois en solo (9 albums) et dans le milieu des comédies musicales, Notre dame de Paris, Starmania etc…. En l’écoutant j’ai d’ailleurs pensé à autre chanteur rock venu du Québec que j’écoute de temps en temps ( même si assez éloigné de mon style habituel) : Eric Lapointe.

Dés la première écoute j’ai apprécié cet album et je me suis donc proposé pour le chroniquer. Je me rends compte à présent que la tache n’est pas si facile car il est assez difficile à décrire. C’est plutôt bon signe, à vrai dire, sur le plan de l’originalité et sur le coté artistique,  mais c’est moins aisé de trouver les mots justes.

La musique est à l’image de la pochette: classe et assez sophistiquée. Tout comme laisse à penser le graphisme inspiré de Jules verne (Nantais lui aussi), il y a une touche de progressif mais pas que. La musique est un élégant mélange de rock, de métal progressif saupoudré d’une touche de pop. En terme d’influences je citerais Toto, Saga, voire Genesis ou Marillion…

« Ailleurs » donne le ton et la trame de la plupart des morceaux: une intro au clavier, assez calme qui laisse s’introduire un riff assez tranchant et le chant en français sur un couplet  plutôt bien rock, tandis que le c’est refrain qui apporte un coté plus pop. Le solo permet à niveau aux guitares et aux claviers de s’exprimer sous forme de duel. Le morceau suivant, « Je tiens bon » reproduit ce schéma avec la même réussite.

Vient ensuite « Can’t You See » qui est l’un des trois morceaux chanté en anglais. Que ce soit du à la langue ou à la structure et instrumentation des morceaux, ils sonnent indéniablement plus directs et plus « rock ». J’adhère bien à ces morceaux répartis de façon maligne tout au long de l’album pour casser la monotonie. Par contre, léger bémol, l’accent et la tournure des phrases ne laissent aucun doute sur le fait que ce n’est pas un groupe anglais.

Ça y est on est bien rentré dans l’album et on se dit que le mélange des genres et des influences est bien dosé et la machine bien huilée. Un bémol ? peut-être aurai-je préféré une guitare mixée plus en avant.

Un des points d’orgue de l’album est le morceau « on l’aura sur les bras » qui commence par du tuning sur un poste radio ( je ne peux pas ne pas penser à l’intro de « Forgotten Sons » de Marillion). Ce titre propose la face plus sombre et la plus prog du groupe, avec des textes dénonciateurs de l’état de la planète. « La limite » poursuit dans la même veine avec des nappes de claviers qui appuient efficacement le refrain et sonnent comme du Genesis période « Phil Collins/Abacab ».

Chacun des morceaux suivants amène un petit quelque chose de different de sorte que l’on ne ennuie pas au cours de cet album. Le refrain de « La came isole » et son riff de guitare bien hard, « le moment idéal » au son arabisant…On sait garder l’attention de l’auditeur.

Une seule ballade sur cet album et pas mon morceau préféré car un peu trop larmoyant et typé comédie musicale. Par contre les paroles résonnent forcement pour qui a des enfants, donc on écoute jusqu’au bout en se focalisant sur le texte et le message  😉

Que retenir ? Un album qui touche un peu à tout de fort belle manière et qui correspond à l’influence et la diversité des membres du groupe. Ce genre d’album à la frontière de nombreux style ne peut pas souffrir de médiocrité sans risquer de tout rater. C’est loin d’être le cas ici et chacun peut y trouver son compte.

Au final un album certes difficile à chroniquer mais plutôt facile à aimer ! et c’est bien là le principal….

Titres

1. Ailleurs
2. Je Tiens Bon
3. Can’t You See
4. On L’aura Sur Les Bras
5. La Limite
6. Let Your Gun
7. La Came Isole
8. Don’t Leave Me
9. Le Moment Idéal
10. Petit Homme
11. Son Étoile

Musiciens

– Raphaël Bernard : basse, chant, chœurs
– Christophe Piard: guitare, chœurs
– Rudy Roberts: guitare
– Julien ‘djudje’ Avram: batterie
– Pascal Aubert: claviers
– Bruno Pelletier: chant

Producteur

Auto produit

Publicités