lovelife-goodbyeladyjane-1A première vue, on pourrait croire que LOVE LIFE était un énième combo de Hard Rock US du début des 90’s. Oui, mais à une nuance près: LOVE LIFE oeuvrait dans un Hard Rock chrétien. Pour mieux décrire ce quartette américain, celui-ci pratiquait un Hard Rock mélodique très imprégné de l’influence de SLAUGHTER, mais à la sauce White Metal, comme diraient ceux qui cherchaient à décrire les groupes qui avaient un message de type chrétien dans leur musique.

LOVE LIFE a eu une carrière brève et n’a sorti qu’un seul album, Good Bye Lady Jane, en 1991. Si le rapprochement avec SLAUGHTER peut très rapidement être fait, c’est en grande partie dû à la voix du chanteur/guitariste Larry Worley est très proche de celle de Mark Slaughter, mais toutefois moins haut perchée.

Et que vaut cet unique album de LOVE LIFE ? Et bien, ce quartette délivre un Hard Rock typiquement US et très influencé par SLAUGHTER. D’ailleurs, même si LOVE LIFE n’est pas à 100% un clône de SLAUGHTER, il a quand même bien du mal à s’affranchir de cette influence. C’est très flagrant sur « Do You Love Me », en particulier sur le refrain, et sur « In Blue Again », un titre ennuyeux, prévisible qui ne décolle jamais. Pourtant, tout n’est pas à jeter sur ce disque. En effet, LOVE LIFE, en s’appliquant, est parvenu à sortir de son escarcelle des titres convenables tels que « Real Love », un mid-tempo direct, énergique et carnassier qui s’avère judicieux comme titre d’ouverture, « Do You Believe In Love », titre plus Heavy que la moyenne qui anticipe quelque peu ce que fera FEAR NOT (groupe qui naîtra  peu après des cendres de LOVE LIFE, justement). Dans une moindre mesure, le punchy « Goodbye Lady Jane » fonctionne bien, à défaut d’être original, tout comme « Girl Gone Bad, une compo Hard Rock mélodique aux relents funkys qui est mise en avant par une basse qui claque. Ceci dit, ne nous emballons pas: si ces titres s’écoutent volontiers, ils ne sont pas pour autant de potentiels hymnes exceptionnels.

En ce qui concerne les ballades, par contre, là on peut parler du point faible majeur de l’album. Elles sont 3, mais leur présence sur ce disque est tout sauf indispensable. « When Loneliness Comes Knockin’  » et « 1000 Reasons » représentent l’archétype de la ballade acoustique prévisible, téléphonée. Quand à « Hearts Of Fire, c’est peut-être la pire des ballades présentes sur cet album: hyper-calquée sur ce qu’avait fait PRETTY BOY FLOYD 2 ans plus tôt, elle est trop gluante, trop sucrée, trop caramélisée au point d’en devenir écoeurante. Enfin, à titre anecdotique, LOVE LIFE s’est fendu d’une cover des BEATLES, « A Hard Day’s Night » qui, évidemment, ne vaut pas l’original, mais n’est pas pour autant indigne.

Bon, on ne va pas se mentir, ce Good Bye Lady Jane est un disque globalement prévisible, pas franchement marquant et dans le registre du Hard Rock US, il y avait mieux (et pire aussi) à l’époque. Pourtant, à certains endroits de l’album, on sent que les musiciens du groupe ont un certain potentiel, mais il manque à LOVE LIFE une vraie identité pour décoller et convaincre. Il n’était alors pas surprenant que l’aventure de ce groupe ait pris fin après cet album, 3 des 4 membres ayant par la suite rebondi en fondant FEAR NOT.

Tracklist:
1. Real Love
2. Do You Love Me 
3. Hearts On Fire 
4. When Loneliness Comes Knockin’ 
5. Girl Gone Bad 
6. Fill ‘Er Up 
7. Goodbye Lady Jane 
8. In Blue Again 
9. 1000 Reasons

10. A Hard Day’s Night 
11. Do You Believe In Love

Line-up:
Larry Worley (chant, guitare)
Rod Romero (basse)

Darin Eby (guitare)
Gary Hanson (batterie)

Label: Blonde Vinyl Records

Producteurs: Christopher Colbert & Larry Worley

Publicités