a3719861750_16

Vous voulez sortir des sentiers battus du hard-rock, je vous propose une alternative assez originale. Je vous parle d’un groupe de métal togolais, pays guère habitué à la musique rock. Le groupe Arka’n a été formé en 2010 par Rock Ahavi. Ce gars  puise son inspiration dans la musique traditionnelle togolaise et chez Ac/Dc, Linkin Park, Disturbed, Cannibal Corpse voire Slipknot. Le moins que l’on puisse dire c’est que c’est varié ! Le combo togolais a mis neuf ans pour sortir un album Za Keli, il faut dire que ce n’est pas évident de se lancer dans le métal dans les pays africains.

Les chansons qui composent cet opus sont assez guerrières à l’image du premier titre « Warrior Song », une intro traditionnelle rapidement relayé par une guitare enragée annonce ce titre assez violent. Les passages hard-core alternent allègrement avec une musique traditionnelle togolaise, je reconnais que c’est franchement surprenant. Je voulais sortir des classiques du hard-rock, c’est fait ! Des chœurs africains annoncent « Les Peuples de l’Ombre », une chanson au texte assez dur. Les chorus et les tams-tams répondent à un hard-rock classique avec des passages qui virent carrément au death-métal, une très bonne chanson dans tous les cas de figure. Cannibal Holocaust fait partie des influences du groupe et ça s’entend sur « Lost Zion », un titre brut de décoffrage qui nous offre quelques passages très Linkin Park. Vous avez dit choc des cultures ?  « Awala » enchaîne sur un tempo rapide, la rythmique est efficace et les riffs de guitares sont franchement agressifs quand au chanteur, il alterne les passages chantés aux hurlements avec une certaine aisance. Les chœurs traditionnels aèrent ce titre étouffant. Le groupe ne desserre pas l’étau, bien au contraire sur « Return of the Ancient Sword ». Une chanson ou les instruments traditionnels se mêlent avec bonheur aux guitares agressives, on entend même certains passages de rap. Des tams-tams déchainés annoncent le sauvage « Tears of the dead », des guitares agressives et un batteur qui martyrise ses fûts le tout mêlé à des rythmes africains. « As I Can Breathe », c’est du Linkin Park sauce togolaise, ceux qui aiment le groupe du regretté Chester bennington vont adorer ce titre !

On voyage au Togo avec « Viviti », sauf que l’on a affaire à des togolais bien énervés sur ce très bon titre qui résume à lui tout seul la musique de Arka’n.  Un riff à la Angus Young annonce « Escape », un titre que je ne saurai décrire tant il multiplie les changements de tempo. Un titre très agréable à écouter mais assez déroutant ! La prestation du guitariste est plutôt intéressante. On a presque droit à un hard-rock des chaumières avec « Prince of Fire », je dis presque parce les passages de rap sont assez fréquents sur ce titre. Le groupe a l’art et la manière de mélanger les styles musicaux et c’est franchement bon. Le très court et oppressant « Got to Break It » enchaîne, un titre qui prend à la gorge malgré les quelques passages calmes qui le parsèment.  « Welcome » clôture cet album, un beau titre au tempo lent qui me permet de reprendre ma respiration. La mélodie est franchement sympa mais ça fait bizarre après le déluge sonore des précédents titres.

Ce Za Keli est l’ovni musical de ce début d’année et je ne crois pas avoir entendu un album comme celui-là.  Personnellement, je me suis régalé à son écoute !

Album disponible sur Bandcamp ou sur le site du groupe.

https://arkan1.bandcamp.com/releases

Tracklist:
1.Warrior Song 04:03
2.Les Peuples de l’Ombre 04:02
3.Lost Zion 03:15
4.Awala 03:33
5.Return of the Ancient Sword 04:17
6.Tears of the Dead 04:17
7.As I Can Breathe 03:25
8.Viviti 04:19
9.Escape 04:13
10.Prince of Fire 04:10
11.Got to Break It 02:48
12.Welcome 03:22

Musiciens:
Rock Ahavi (guitare et chant)
Richard Ciko (batterie),
Francis Amevo (basse),
DJ Max (percus)