394268C’était en début 2018 que l’on apprenait une excellente nouvelle. Frontiers avait signé le groupe légendaire de Hard US à tendance bluesy Tora Tora.
Ces gars avaient proposé 2 albums de haute volée dans le genre avec Surprise Attack et surtout Wild America respectivement en 89 et 92. Un troisième album Revolution Day, non publié suite au nettoyage de printemps suivant le tsunami grunge, sortira seulement en 2011. Cette 3eme cuvée, moins bonne que ses 2 glorieux prédécesseurs restait de qualité.

Donc sort actuellement ce 4eme album Bastards Of Beale. Fin 2018, nous avions pu découvrir un morceau en guise d’amuse bouche « Rose Of Jericho ». Pour être franc, je n’avais pas été convaincu à 100%. La compo était assez quelconque et basique. Mais limite, ce n’était pas le plus dérangeant. C’était surtout un morceau habillé d’une prod assez brouillonne…. Après tout, ce n’était qu’un extrait, l’album pourrait être différent.

Et bien après écoute, c’est effectivement le drame ! Mes craintes ont été confirmées dès les premières minutes de « Sons Of Zebedee ». C’est basique, bien loin de la flamboyance passée du combo. Et encore c’est pas le pire. Car la prod est bel et bien désastreuse. La batterie sonne très démo et on entend à peine la basse. Les parties de guitare font une sorte de mur sonore qui écrase tout. Seule la voix d’Anthony est correctement mise en avant.
Globalement sur ce disque, nous sommes très loin des titres travaillés et originaux du passé. Les arrangements étaient discrets mais très efficaces autrefois. Sur Bastards, on a pas l’impression qu’il y en a des masses. Le disque donne le sentiment d’être bâclé ou enregistré dans l’urgence. On a même pas l’impression que Tora Tora a pris du plaisir à enregistrer et à composer.

Un track by track est clairement inutile. L’interprétation dégage peu d’émotions et de variations. Le disque est plat et même assez pénible à écouter. C’est pas une daube ultime mais un disque médiocre. « Silence The Sirens » sort du lot. C’est un mid tempo pondéré qui est assez efficace dans un registre légèrement différent de ce que le groupe proposait naguère.
L’instrumental « Vertigo » fait mal aux oreilles. Le son sonne très Hard US 90’s quand toutes les gloires essayaient de sonner grunge. C’est pas top…
Sur « Bastards Of Beale », il n’y a que le solo de Keith Douglas qui fera son effet. Le refrain reste poussif et sans inspiration.
Ah si, j’oubliais. La ballade acoustique « Lights Up The River » est réussie. Mais cela reste une maigre consolation. On voulait du bon, du bluesy, du gros hard us qui fait du bien, de l’émotion, et bien malheureusement on a rien.

Je conclurai cette chronique en poussant un coup de gueule. Mais comment un label comme Frontiers a pu publier un disque aussi bâclé ?

Parfois, des retours n’apportent rien. Tora Tora vient d’en apporter la preuve.

Tracklisting :
1. Sons Of Zebedee
2. Giants Fall
3. Everbright
4. Silence The Sirens
5. Son Of A Prodigal Son
6. Lights Up The River
7. Let Us Be One
8. All Good Things
9. Rose Of Jericho
10. Vertigo
11. Bastards Of Beale

Musiciens :
Anthony Corder – chant
Keith Douglas – guitare
Patrick Francis – basse
John Patterson – batterie

Label : Frontiers

Publicités