842390-1024x1024Le moins qu’on puisse dire, c’est que SKULL FIST revient de loin. En effet, depuis la sortie de son précédent album Chasing The Dream en 2014, le groupe canadien a été confronté à plusieurs galères avec le départ de son leader, le chanteur Zack Slaughter, puis son retour au sein du groupe, mais seulement cantonné à la guitare en raison de problèmes de voix rencontrés, ce qui a contraint SKULL FIST d’engager un chanteur de substitution.

Par la suite, SKULL FIST n’a guère fait parler de lui. Zack Slaughter s’était même consacré à son projet parallèle FREEDUMB, qui mélange Doom, Punk et Heavy Metal avec une bonne dose d’humour et de déconnade (quelques vidéos sur Youtube sont là pour en témoigner), le tout ayant été gravé sur un album intitulé Skate N’ Die qui est sorti au cours du premier trimestre 2018. Et alors que l’avenir de SKULL FIST paraisait incertain, voilà que les membres du groupe ont brisé le silence en annonçant ENFIN la sortie du successeur de Chasing The Dream pour le mois d’octobre 2018 ! Celui-ci a pour titre Way Of The Road et, à la vue du tracklisting de cet album, ainsi que de sa pochette, on était en droit de se demander si SKULL FIST n’était pas en train de changer de style: en effet, les titres de l’album et sa pochette ne laissent en aucun cas deviner qu’on a affaire à un groupe de Heavy Metal traditionnel. D’autre part, certains avaient remarqué que SKULL FIST avait enregistré, hors album studio, des covers de Tom PETTY (« I Need To Know ») et de Neil YOUNG (« Rockin’ In A Free World »). Peut-être que ce combo canadien cherche à se démarquer de la jeune meute de loups s’adonnant aux joies du Heavy Metal traditionnel, qui sait ?

Le premier titre de l’album « You Belong To Me », également premier single de celui-ci, est tout de même susceptible de rassurer les fans car on a droit ici  à du Heavy/Speed mélodique qui s’inscrit dans la continuité de ce que le groupe canadien a fait dans le passé et si ce titre est tout à fait correct et devrait déménager su scène, il y a un détail qui a de quoi titiller: on sent la production plus lisse, les chevaux ne sont pas lâchés à 100%. Cette impression se confirme d’ailleurs pour le reste de l’album et on a avec le mid-tempo « No More Running » un bel exemple pour illustrer cette tendance: si la basse est plus mise en avant, le côté aseptisé entrevu sur « You Belong To Me » s’en ressent encore davantage et SKULL FIST opère là dans un Hard Rock mélodique tendant vers SCORPIONS période post-Blackout, Zack Slaughter modérant davantage sa voix. D’ailleurs, ce nouvel album de SKULL FIST, autant tuer le suspense maintenant, est beaucoup plus axé sur les mid-tempos. Et il y a vraiment de quoi être dérouté, par exemple, à l’écoute de « Way Of The Road », compo Hard Rock groovy qui voit SKULL FIST évoluer dans un registre inhabituel avec la basse qui claque sans interruption, les choeurs aériens sur le refrain, sans oublier le chanteur qui module davantage sa voix, si bien qu’on ne sait pas trop quoi en penser. « Witch Hunt » tente de marcher sur les traces de « Bad For Good » (titre catchy du précédent album qui est devenu un classique du groupe), mais n’en a pas son efficacité, loin de là, et ne parvient pas à se montrer captivant, malgré des riffs féroces bien troussés. En revanche, on est agréablement surpris par « Heart Of Rio » qui, s’il s’inscrit également dans le sillage du Hard mélodique à la sauce SCORPIONS, voit le chanteur aller davantage vers les médiums et parvient à se montrer étonnamment catchy et convaincant, au point que ce mid-tempo aurait pu cartonner si on était dans les 80’s. A propos de chant plus dans les médiums, SKULL FIST a proposé un titre dans cette même veine, « Stay True », qui se montre un peu trop décousu pour parvenir à convaincre. Autre bonne surprise, mais dans un registre plus rythmé, plus musclé: « Don’t Cross Me », un titre plutôt orienté Big-Rock dans la veine VAN HALEN/DOKKEN avec, en point d’orgue, un solo typé Metal mélodique néo-classique qui contraste avec le reste et, au final, ça donne une sacrée pêche, une réelle envie de bouger.

Quelques titres plus speedés sont quand même de la partie, rappelant à tous le passé de SKULL FIST. Avec « I Am A Slave », on a droit à du Heavy/Speed qui tabasse avec les musiciens qui s’en donnent à coeur joie (notamment le batteur qui martèle furieusement ses fûts) et Zack Slaughter qui retrouve son chant haut-perché d’antan, sauf qu’il n’en fait pas des caisses. Quand à « Better Late Than Never », c’est un titre qui commence comme un mid-tempo avant de basculer dans du Heavy/Speed, mais tout en retenue. Pour le coup, le groupe canadien donne l’impression de ne pas se lâcher totalement, sauf sur le solo avec twin-guitars à l’appui, mais malheureusement, l’ensemble se révèle assez décousu, peu structuré et, réflexion faite, peut-être eut-il été préférable que ce titre soit exclusivement instrumental car le chant de Zack Slaughter, ici, gâche vraiment tout.

Bon, l’impression globale de ce Way Of The Road laisse croire qu’on a affaire à un produit aseptisé. Sans être mauvais, ce disque est déroutant et les fans de Heavy risquent fort d’être déçus. Le groupe canadien semble davantage calculateur par rapport à ses précédents albums. D’un autre côté, ceux qui trouvaient le chant de Zack Slaughter insupportable auparavant trouveront peut-être leur compte car celui-ci ne monte plus aussi haut dans les aigus, son chant se faisant plus posé, plus maîtrisé. Quelque part, SKULL FIST s’est un peu, sans l’avoir voulu, rapproché des finlandais de SHIRAZ LANE et il se pourrait que des personnes ne connaissant pas le passé de SKULL FIST aiment ce Way Of The Road qui regorge de bonnes idées (de jolies envolées guitaristiques, en particulier), mais ne sont pas utilisées, ni exploitées à bon escient et, de manière globale, ce disque se révèle peu marquant.

Tracklist:
1. You Belong To Me
2. No More Running
3. I Am A Slave
4. Witch Hunt
5. Way Of The Road
6. Heart Of Rio
7. Better Late Than Never
8. Don’t Cross Me

9. Stay True

Line-up:
Zack Slaughter (chant, guitare)
Jonny Nesta (guitare)
Casey Guest (basse)

JJ Tartaglia (batterie)

Label: NoiseArt Records

Publicités