MI0000024878Gary Moore dans les années 80, c’est une véritable machine de guerre en concert. Vous voulez des preuves ? Allez regarder des vidéos d’époque sur YouTube… ou bien allez chez votre disquaire acheter un des albums sorti à cette période. We Want Moore! est sans doute celui qui a la meilleure réputation et celle-ci n’est pas usurpée. La force de Gary Moore pourrait être résumée en trois point. Premièrement, il y a ses qualités de guitaristes indéniables. Polyvalent, son style à été du Jazz Rock au Blues, même si c’est probablement dans le Hard Rock qu’il a été le plus flamboyant. Féroce, virtuose, mélodique, inventif, son jeu pourrait servir de transition entre les guitar heros des 70’s et les shredders des 80’s. Notons en plus qu’il est un chanteur fort convainquant. Deuxièmement, il y a les morceaux. Bon nombre de guitaristes s’étant lancés en solo ont eu du mal à avoir des chansons aussi mémorables que leur technique musicale. Incontestablement Moore fait partie d’une poignée d’élus a avoir sorti des classiques qui font parti des indispensables de l’époque. Troisièmement, il y a son backing band. Moore a toujours eu la chance d’être entouré par des musiciens non seulement talentueux mais ayant en plus une belle réputation derrière eux. Ici, il y a son fidèle lieutenant Neil Carter aux claviers et à la guitare (ex UFO et Wild Horses) et Craig Gruber à la basse (ex Elf et Rainbow). L’album ayant été enregistré sur plusieurs dates, ce sont Ian Paice et Bobby Chouinard qui se partagent les baguettes, Paice ayant quitté le groupe durant la tournée pour rejoindre la reformation de Deep Purple.

C’est trois extraits du dernier album en date, l’excellent Victims Of The Future,  qui se chargent de nous mettre dans le bain. Le Heavy « Murder In The Skies » est un excellent titre d’entame, la reprise des Yardbirds « Shapes Of Things » voit notre guitariste nous montrer ses prouesses dans de très belles impos que n’auraient pas reniées Jeff Beck, tandis que le sublime « Victims Of The Future »  est lui aussi étiré pour notre plus grand plaisir. Le solo d’intro de « End Of The World » prouve que Gary Moore n’avait rien à envier à Eddie Van Halen et Randy Rhoads. Curiosité technique, ce solo est collé à la fin du très purpléien « Cold Hearted » qui était pourtant issu d’un autre concert et non au début de « End Of The World ». L’auditeur distrait ne remarquera rien, puisque le passage d’une date à une autre ne se sent pas et que les titres se suivent presque toujours sans blanc. Si les rythmes peuvent changer entre le lourd « Cold Hearted », le rapide « Back On The Streets » et la superbe ballade « Empty Rooms » (quel solo !), l’intensité est toujours à son comble et à aucun moment nous n’avons l’impression que le groupe entre en pilotage automatique. C’est du sang, de la sueur et du Rock ’n’ Roll. Autre curiosité, musicale cette fois, Moore nous offre l’instrumental « So Far Away », issu du premier album du bassiste Mo Foster (qui fut un de ses musiciens) et auquel il avait participé. Une belle manière de montrer que le jeu de Moore peut se faire aussi sensible et subtile qu’il peut être véloce et agressif. Nous avons encore droit au tudesque « Don’t Take Me For A Loser » avant que l’enlevé « Rockin’ An Rollin’ » clôture l’album. En bonus, depuis 2002, nous avons aussi droit au classique « Parisienne Walkways » avec Phil Lynott lui-même à la basse et au chant, l’ex Roxy Music Paul Thompson se chargeant de la batterie. Comme toujours, ce titre intense est riche en émotion.

Bref, We Want Moore! est le parfait témoignage pour découvrir le début de la carrière solo de Gary Moore. Il est d’ailleurs dommage que le guitariste n’ait pas sorti son équivalent pour la seconde moitié des 80’s (‘we want more !’). Les amoureux de guitare seront comblés.

Tracklist:
1. Murder In The Skies
2. Shapes Of Things
3. Victims Of The Future
4. Cold Hearted (includes the opening guitar solo to « End of the World »)
5. End Of The World
6. Back On The Streets
7. So Far Away
8. Empty Rooms
9. Don’t Take Me For A Loser
10. Rockin’ And Rollin’
11. Parisienne Walkways (ft. Phil Lynott)

Musiciens:
Gary Moore: Guitare, chant
Neil Carter: Guitare, claviers
Craig Gruber: Basse
Ian Paice: Batterie (4-8, 10)
Bobby Chouinard: Batterie (1-3, 9)
Paul Thompson: Batterie (11)

Producteur: Tony Platt

Publicités