R-1868333-1309331371.jpeg« Nice Boys » ça vous dit quelque chose ? Mais bien sûr c’est une chanson que Guns N’Roses nous a proposé sur leur excellent Lies. Mais ce que la majorité des mortels ne sait pas, c’est que c’est à la base une chanson des excellents Rose Tattoo.

Les plus anciens d’entre-vous connaissent déjà le groupe. Pour les plus jeunes, Rose Tattoo est un groupe australien mené par la petite teigne Angry Anderson. Les débuts de ce combo, aujourd’hui légendaire, remontent à ce jour de 76 où Pete Wells (guitare, et surtout slide guitare) décide de monter un groupe. La condition première pour jouer chez eux ? Avoir au moins un tatouage. Car voyez-vous ces gars là ce ne sont pas des tendres. Ce sont plutôt le genre de types qu’ils ne faut pas faire chier. Avec leur gueule et attitude de taulards, mieux vaut ne pas leur chercher des noises. Ce sont d’authentiques bad boys. Cette attitude autant à la ville que sur scène, lieu où le groupe prend toute sa dimension avec notamment un Angry Anderson qui va jusqu’à se mettre des coups de micro sur son crane dégarni, transparaît sur ce disque. On a affaire ici à du rock énergique, sincère, parfois joué avec urgence. Le tout souvent cradingue, avec quelques emplois au punk.
Il ne fallait pas grand-chose finalement pour que les éminences grises de leurs compatriotes AC/DC Harry Vanda & George Young décident de les prendre sous leur aile.

Le résultat ? 10 brûlots intemporels de Hard N’Roll qui font leur effet immédiatement. Oui ce sont des mauvais garçons, ils le disent bien d’ailleurs dans leur « Nice Boys », mais avec classe. Ce sont des titres groovy, énergiques, joués parfois avec urgence, sincères, sentant le vécu, dangereux, et la liste est longue. Ce qui frappe également c’est la voix éraillée d’Anderson et la gratte slide de Pete Wells.
Car voyez-vous, il est presque impossible de ne pas succomber à un « Rock N’Roll Outlaw », véritable manifeste qui sied si bien au groupe. « Nice Boys » est un hymne que tout le monde connaît. Assez similaire « Tv » est un up tempo efficace. Le groupe groove sévère avec l’autre baffe qu’est le très bon « One Of The Boys ». Dans le genre bluesy, on a leur premier single « Bad Boy For Love », tout aussi irrésistible que les précédent. L’autre temps fort est leur Blues Rock incontournable « The Butcher And Fast Eddy » qui narre avec une certaine gouaille une baston genre règlement de compte entre 2 personnages hauts en couleurs mais que l’on aimerait pas rencontrer sur son chemin. Et puis y’a le très rock « Astra Wally » complètement déglingué mais oh combien jouissif ! Je pourrais tous vous les énumérer, tout est bon ici. On notera qu’il existe également une très bonne réédition avec 8 titres bonus (4 studios et 4 lives) tout aussi bons. Autant vous dire que cette édition est indispensable.

A titre anecdotique, l’album sorti tout d’abord en 1978 an Australie. Il faudra attendre 1981 pour que l’album soit distribué en Europe.

Donc IN DIS PEN SA BLE !

Tracklisting :
1. Rock ‘n’ Roll Outlaw
2. Nice Boys
3. The Butcher And Fast Eddy
4. One Of The Boys
5. Remedy
6. Bad Boy For Love
7. T.v.
8. Stuck On You
9. Tramp
10. Astra Wally
11. Never Too Loud
12.I Had you First
13.Fightin’ Sons
14.Snow Queen
15.Rock ‘n’ Roll Outlaw (live)
16.Bad Boy for Love (live)
17.Rock ‘n’ Roll Is King (live)
12.Suicide City (live)

Musiciens :
Angry Anderson (chant)
Peter Wells (guitare)
Mick Cocks (guitare)
Geordie Leech (basse)
Digger Royal (batterie)

Producteur : Harry Vanda, George Young

Label : Alberts, CBS, Repertoire

Publicités