R-3768076-1516024363-1306.jpegTrois ans après l’album  Art of Life (à savoir une seule pièce d’un peu moins de 30 minutes), X Japan est de retour non sans avoir vaqué à quelques occupations  (Yoshiki à collabore avec Georges Martin et Roger Taylor pour le chaudement recommandable album symphonique Eternal Melody, Hide s’est occupé de Spread Beaver et de Zilch etc).

Jouissant toujours d’une très grande popularité au pays du soleil levant ( au Japon donc), Dahlia a su se faire attendre (demandez à la maison de disque). Plusieurs singles sont sortis afin de patienter un peu et la quasi intégralité de l’album a été joué pendant la tournée Dahlia entre 1995 et 1996. Le public a pu découvrir dans des versions quelques fois différentes du LP les chansons à venir.

Oui vous m’avez bien lu, la tournée a bien commencé avant même la commercialisation de l’album même si celle ci a été entrecoupée de pauses suite aux problèmes de santé de Yoshiki (hernie discale).

Ses problèmes de santé se reflètent d’ailleurs directement sur la musique.

Fini les speederies sauvages à la limite du thrash et place à plus de “finesse”. Hormis la piste éponyme, il n’y a effectivement plus aucune piste rapide. Attention ça ne veut pas dire que le reste est mauvais, bien loin de là, mais le tout est et sonne différent.

La production avant tout peut paraître clinique mais est pour autant belle et sait mettre l’ensemble des instruments en valeur.

Autre ajout quelques samples électro notamment sur la piste « Wriggle » qui fait office d’intro à « Drain ». Cela ne choque absolument pas.

Est également mixée  la voix de Toshi à quelques occasions de manière robotique, je vous conseille d’écouter le début de la piste éponyme. Ça a de la gueule ça!!

Et surtout place aux ballades. Callées astucieusement sur l’album et au nombre de 4, elles permettent de souffler et surtout permettent à Yoshiki de laisser exprimer sa tristesse sublimée par la voix de Toshi au summum de son art ( même si certains regretteront ce côté rauque d’époque). Écoutez « Tears », hommage à son papa qui s’est suicidé alors qu’il n’avait que 10 ans ça fout les poils.

Oui 4 ça peut faire beaucoup mais elles sont singulières (« Crucify My Love » tout en piano/voix)

Le reste des pistes est tout aussi bonne  « Rusty Nail » est une pure bombe heavy comme seul le groupe sait composer.

Malgré tout, je ne le trouve pas aussi parfait que Blue Blood et Jealousy, il manque un léger quelque chose, peut -être que ca manque d’hymnes, seule « Rusty Nail » peut en faire office.

1 an après Toshi annonce officiellement son départ du groupe parce que sa vie de rock star est devenu incompatible suite à un lavage de cerveau qu’il a subi par un gourou d’une secte. Yoshiki n’ayant pas trouvé de remplaçant décide la dissolution de X Japan.

Une perte énorme empirée en 1998 avec le décès d’Hide. Je vous conseille d’écouter « Forever Love » chantée lors de ses funérailles, ça prend aux tripes.

Restera dans l’histoire 5 albums de très grandes qualités. Des concerts exceptionnels et surtout de très grands musiciens.

Un mythe s’en  est allé…….jusqu’à. ……..

Note 8.5/10

Tracklisting:
1. Dahlia
2. Scars
3. Longing ~Togireta Melody~
4. Rusty Nail
5. White Poem I
6. Crucify My Love
7. Tears
8. Wriggle
9. Drain
10. Forever Love (Acoustic Version)

Musiciens :
Toshi-Chant
Pata-Guitare
Hide-Guitare
Heath-Basse
Yoshiki-Batterie et Piano

Producteur : Yoshiki

Label : Atlantic

Auteur : Axouille

Publicités