R-3860049-1347195304-3865.jpeg

Après la dissolution de Jérusalem Slim, Michael Monroe et Sam Yaffa forment un nouveau groupe, Demolition 23.

L’album enregistré est le plus agressif et le plus rock n’roll jamais enregistré par le chanteur. Le premier titre, ‘Nothin’s alright’, dresse un constat sur la décadence de notre société au cours de ses 30 dernières années. S’ensuivent une série de titres aux sonorités punk new-yorkais et même anglais. L’ombre de Thunders, de Stiv Bators et de Johnny Rotten planent ici.
« The Scum Lives On » est une chanson un brin nostalgique. Sont cités MTV, Ronald Reagan, Bon Scott, Johnny Thunders (encore…!). Ce titre d’ailleurs était déjà présent sur l’album éponyme de Jerusalem Slim. « Hammersmith Palais » est une chanson qui elle aurait pu avoir une place de choix sur un album d’Hanoi. La seule différence ? La production plus brute et punk. Sans le savoir, Michael commençait à préparer son orientation musicale lors des retrouvailles avec Mc Coy sur Twelve Shots On The Rocks.
Sur « Dysfunctionnal » le ton est plus bluesy dans l’esprit. L’ombre d’un petit groupe d’Australie plane ici.

Une reprise de Johnny Thunders (quand je vous le dit que cet homme résume à lui tout seul ce disque ou presque…) est incluse, ‘I Wanna Be Loved’. Reconnaissons ici que ce titre semble être composé sur mesure pour le groupe tant ils arrivent à s’accaparer le titre. La seconde reprise est un titre des Dead Boys « Ain’t Nothing To Do », titre respectueux de l’original. Les 2 avant-derniers titres sont rapides et très entraînants avec notamment la reprise des Dead Boys ‘Endangered Species’.

Le contraste se fait sentir avec la magnifique ballade acoustique ‘Deadtime Stories’. La voix de Michael Monroe est à son habitude très rauque et rentre dedans, aux intonations parfaites pour ce style de rock n’roll énergique délivré sur le disque. On ne manquera pas de noter l’absence de piano, harmonica et saxophone,habituellement utilisés sur les disques de la Grande Blonde, ajoutant un côté brut à l’œuvre.

A titre anecdotique, Jay Henning (guitare) quittera le groupe peu de temps après la sortie de cette rondelle. Il sera remplacé par… Nasty Suicide ! Demolition 23 avec le recul était donc la version de Hanoi Rocks sans Mc Coy. Puis malheureusement après, chacun a repris sa route, chacun son chemin, chacun son rêve, chacun son destin… (désolé, il est tard, j’ai craqué…)

Un excellent disque pour tous les fans des groupes de rock new-yorkais de la fin des 70’s comme Johnny Thunders (je crois que vous l’aviez déjà compris), New York Dolls, Dead Boys et même pour les morts la faim qui ne jurent que par Hanoi Rocks.

Tracklisting :
1. Nothin’s Alright
2. Hammersmith Palais
3. The Scum Lives On
4. Dysfunctional
5. Ain’t Nothin’ To Do
6. I Wanna Be Loved
7. You Crucified Me
8. Same Shit Different Day
9. Endangered Species
10. Deadtime Stories

Musiciens :
Mike Monroe-Chant
Jay Henning puis Nasty Suicide-Guitare
Sam Yaffa-Basse
Jimmy Clark-Batterie

Producteur : Demolition 23

Label : Music For Nations

Auteur : Jean Pierre

Etoffé par Nikki

Publicités