RUSH_PrestoPresto sort en 1989, marquant la fin d’une décade qui aura vu la trio canadien explorer des horizons musicaux différents de ceux de leurs débuts en 1974. Avec réussite d’ailleurs, si l’on excepte le soporifique Hold Your Fire et le live A Show Of Hands, qui n’a de live que le nom à cause ou grâce à sa production léchée. Ne vous méprenez pas cependant : les lapins sur la pochette de Presto ne donnent aucune indication valable sur le tempo de cet album.

Album qui débute pourtant de fort belle manière avec « Show Don’t Tell », sorte de flashback sur les vieux titres; rythmes bancals, breaks, parties instrumentales longues. Et puis… on repart sur la recette reservie jusqu’à la nausée : claviers « new wave » omniprésents en nappes, guitares pas vraiment saturées jouées en arpèges, rythmes reggae à la Police, parfois disco comme sur « Hand Over Fist ». « Red Tide » avec ses sons de cuivres synthétiques n’aurait pas été renié pas Talk Talk. On se prend à espérer brièvement sur « Superconductor » que le trio ait retrouvé son énergie légendaire. Que nenni !

La suite nous rappelle des titres déjà produits par Rush et c’est bien là le problème : les Canadiens s’autoplagient et tournent en rond par manque d’inspiration. Certes ! Lee, Peart et Lifeson se font plaisir, alternant les prouesses techniques, mais la musique est un langage. Et pour que le dialogue puisse prendre corps, il vous faut intéresser votre interlocuteur. Oui, mais voilà ! Pendant l’audition de Presto il s’est sûrement mis à dormir ! D’un oeil de moins que sur Hold Your Fire; mais il faudra attendre Counterparts en 1993 pour le sortir de manière musclée de sa léthargie!

Auteur: Lorik Atmos

Tracklist:
1. Show Don’t Tell
2. Chain Lightning
3. The Pass
4. War Paint
5. Scars
6. Presto
7. Superconductor
8. Anagram
9. Red Tide
10. Hand Over Fist
11. Available Light

Musiciens:
Geddy Lee-Basse, Claviers et chant
Alex Lifeson-Guitare
Neil Peart-Batterie

Producteur: Rupert Hine

Publicités