R-547354-1396439464-9678.jpegMORSÜRE… Un groupe et un unique album qui 20 ans plus tard laisse encore des séquelles dans nos cerveaux endommagés par des années de tueries métalliques. Voilà un des rares albums qui a marqué sa génération, plus bruyant que VENOM, plus chaotique que VOIVOD époque Rrröööaaarrr, plus dément que POSSESSED, bref plus extrême que les autres et Français de surcroît !!
Cet album sorti en 1985 sur l’excellent label Devil’s Records (qui a tout de même sorti toute la fine fleur du Metal Français des 80’s) est résolument fonceur et violent, repoussant les limites de l’agression sonore et bousculant les schémas types du Speed-Thrash Metal de l’époque.
MORSÜRE a acquis avec cet unique album le statut de groupe culte, tant sa démarche a choqué la scène entière de par sa violence musicale outrancière. Le groupe divisa tout le monde, sans juste milieu, soit on idolâtrait ce groupe hors norme et bruyant, soit on leur crachait dessus avec l’unique envie de les lyncher sur la place publique. Mais on ne peut nier que MORSÜRE avait une identité musicale propre.
Trois mots peuvent résumer cet opus contaminé : explosion (à l’instar de l’excellente pochette) violence et hargne. Une hargne qui vous brûlera les entrailles et vous passera les tympans au vitriol à l’écoute des 10 brûlots que composent cette galette incandescente, sans compromis, au gré de « M.A.D » « No moral » le haineux « Morsüre » « Neither pity nor remorse » (et son solo de basse torturé et hyper saturé) « XX world » ou bien « Oderint dum metuant » pour ne citer que les meilleurs. Sans compter l’adaptation libre de Charles Baudelaire « L’irrémédiable », un Baudelaire qui a dû se retourner dans sa tombe, vomissant son absinthe par tous les pores….
Les guitares sont tranchantes, sonnent comme une tronçonneuse (les fans de RAZOR apprécieront), et balancent des riffs en fusion qui vous brûleront l’âme, le chant est plus que vociféré (écoutez le titre « Morsüre ») et semble sortir du fond des entrailles du vocaliste, le tout soutenu par une batterie supersonique, mené à un rythme effréné qui dépasse l’entendement. La particularité du batteur est de jouer avec une batterie électronique, ce qui pourrait en surprendre et en dégoûter certains, mais qui donne ce côté apocalyptique aux compos.
Ultra-Speed, Acceleration process est un album rare, intense et sans limite. Particulièrement extrême. Vingt ans après, cette tuerie continue de tourner sur ma platine, défiant le temps, me procurant sans cesse ce même frisson frénétique qui m’assaillit lors de la 1ère écoute il a cela fort longtemps…

Tracklisting :
1. M.A.D. (Mutual Assured Destruction!)
2. No Moral
3. Ahriman’s Heart
4. Et Nox Facta Est
5. Morsüre
6. Neither Pity Nor Remorse
7. XX World
8. L’Irremediable
9. Oderint Dum Metuant
10. Vreder Strack

Musiciens :
Éric – basse
Frank – batterie
Didier le Serrec – chant
Loran Laurent – guitare

Producteur : ?

Label : Devil’s Record

Auteur : Etienne

Publicités