51RrGAEG3BLPas de changement de direction artistique entre ce Prince Valium et l’EP sorti un peu avant. MEDICATION carbure toujours au même régime, c’est-à-dire une musique bien lourde. Seul Roy MAYORGA a été remplacé par Trëy derrière les fûts… On commence directe par un « Loaded Gun » sans doute marqué par l’expérience de Witfield dans LIFE OF AGONY et son métissage musicale. Ca commence par une petite guitare un peu grunge vite rejointe par du soutien plus heavy. Je pense que le début de solo de MADER aurait pu être un poil plus développé pour ce morceau, qui avait en plus largement la place pour cela. Car sans être mauvais ce titre assez court sera sans doute aussi vite oublié qu’écouté. Malheureusement ce n’est pas avec la deuxième plage « Nothing Left », genre pop/doom manquant un chouillat de tonus et ses passages ou CRANE semble singer un Ozzy de « Down to earth » que les choses vont changer. Mieux vaut attendre pour cela « Something New », qui au risque de me répéter par rapport à ma chronique de l’EP, est une vraie bombe, tuerie, boucherie… et autres superlatifs. « Walk Away » revient un peu vers cette teinte « pop » sombre et lourde, mais avec plus de réussite que dans« Nothing Left », mais avant que le morceau ne décolle un minimum au niveau de l’intérêt, il vous faudra attendre au moins 40 secondes, ce qui le raccourci considérablement (3 minutes 18 de durée totale !!!), sinon vous n’aurez rien de très originale. « No Direction » faisait déjà parti des très bonnes cartouches disponibles sur l’EP, donc guère de surprises avec ce titre plus énergique. Par contre la première vraie surprise arrive juste après avec « Underground », petite ballade bien sympa, toujours dans la même ambiance que celle du groupe ; qui commence avec une guitare acoustique. « False Idol » 7ième titre, fait parti lui aussi des bons titres, pas original du tout, mais que l’on préfère entendre ici plutôt qu’une expérience ratée. Quant à « Xanax »le 8ième, il flirte au niveau de la qualité en restant malgré tout un chouya en dessous avec « Something New ») que je me permet de vous rappelez qui est excellent…). « Super Pop » contrairement à son titre n’a rien du tout de pop, car c’est sombre, lourd comme le gâteau au chocolat d’une pâtisserie de grande surface ; c’est bon, digeste, mais on s’en cantonne à la recette de base. Presque pareil pour « Now and Again » et « Prince Valium » même si ceux-ci sont plus efficaces. « End of Ends » qui en plus d’arriver dans les dernières positions du disque réserve son petit lot de surprises, car déjà très bon ; il sonne plus léger que les autres titres, ce qui donne un petit côté glam punk qu’on est plus habitué à entendre dans des groupes genre BACKYARD BABIES ; Mais aussi car à la fin du morceau se trouve caché un court instru qui malgré la présence de samples se laisse écouter. Arrive le dernier morceau de l’album que j’avais déjà pu entendre (toujours grâce à l’EP) « Inside » et la dessus rien à dire ce morceau dépote toujours autant. Bref parfait pour finir sur une bonne note pour un groupe qui n’aura malheureusement pas duré bien longtemps…
Malgré tout si vous deviez faire un choix entre l’EP et ce Prince Valium, je vous conseillerai de prendre l’EP qui renferme les 3 meilleurs titres du groupe, présents aussi ici avec en bonus « Need to Never ». Ce Prince Valium est loin d’être mauvais, mais son acquisition ne vous apportera tout au plus que 2 nouveaux bons titres…

Tracklisting :
1. Loaded Gun
2. Nothing Left
3. Something New
4. Walk Away
5. No Direction
6. Underground
7. False Idol
8. Xanax
9. Super Pop
10. Now and Again
11. Prince Valium
12. End of Ends
13. Inside

Musiciens:
Witfield Crane (chant)
Logan Mader (guitare)
B-Blunt (guitare)
Kyle Sanders (basse)
Trëy (batterie)

Producteur: Bill Kennedy et Medication

Label: Locomotive Music

Auteur : Bastoche

 

Publicités