61GXZQA2NvL13 ans… Treize ans que j’attendais ça… J’assume, il n’existe pas d’intro plus clichesque que celle-ci mais que voulez vous ? Même Richie KOTZEN joue la carte du volume II, du retour, de la séquelle bref de la suite en intitulant son nouveau projet de groupe The Return Of Mother Head’s Family Reunion. Il veut s’inscrire dans une continuité, BANCO, je le suis parfaitement dans cette voie car particulièrement fan de son premier disque de 1994 dans la même veine.

Je vais faire court. Ceux qui ont aimé le premier, jetez vous sur le « nouveau », Richie reprenant là où il s’était prématurément arrêté en 1994. Quant aux autres, gardez vos deniers, vous ne serez pas plus intéressés par le p’tit dernier. En revanche, challenge plus intéressant que celui de « vendre » cet album aux fans potentiels de KOTZEN lui reprochant une versatilité pas toujours facile à suivre. Vous aimez quelle facette de Richie ? Le shredder ? Le plus incisif (remember son projet FORTY DEUCE) ? Le … crooner qui l’emporte de plus en plus dans sa carrière solo ? Le chanteur ? Ce projet met l’accent sur la chaleur ! Au niveau des compos, de la production, du registre, c’est groove, une épaule qui bouge, un pied qui tapote le dance-floor, le look qui se fait chatoyant, la wah-wah qui prend le pouvoir. Le nom du « groupe » renvoie aux Seventies, ses noms à rallonge et la musique … itou ! A mon humble avis, il s’agit du registre le plus efficace de KOTZEN, celui où sa voix, qui se veut l’égale d’un talent incontestable sur une gratte, peut charmer et exprimer une sensibilité que certains « simples » chanteurs aimeraient obtenir.

Je ne vais pas sombrer dans la vénération stérile; je ne vous cache pas que j’accroche un peu moins aux compos si on les compare à l’aîné. Ou alors, je deviens plus exigeant avec le temps, allez savoir. Mais pas de panique, l’écart n’est pas flagrant. Ce qui reste une valeur sûre, et sur ce disque et sur les autres, c’est la classe de Richie le guitariste. Ce type doit avoir six doigts, c’est pas possible autrement ! Six doigts sur chacune de ses trois mains… Des soli démoniaques qui laissent exploser le fameux jeu « legato » de KOTZEN (ne pas tout jouer au médiator) et ce son si fluide, cette facilité apparente que seuls les apprentis guitaristes perçoivent le vrai niveau; quasi inaccessible pour 99% de la population. Adeptes du sweeping, vous aurez également de quoi vous occuper. Je n’ai pas cité de titres ? Pas d’exemples ? A quoi bon ? Le niveau et registre sont uniformes. Et bons…

Je n’ai parlé que de KOTZEN ? Ah oui, c’est pas faux… Vous le croyez capable de s’entourer de bras cassés ? Non… Ne vous inquiétez pas, derrière, ça joue. Et ENFIN, ce que je reproche aux multi-instrumentistes, même talentueux, est gommé justement par l’association avec d’autres musiciens. Fini de tourner un peu en rond en se coupant, par motivation financière (?), par vanité (?), par facilité (?), de l’avis d’autres musiciens. A noter que l’album sort également sous le nom de GO FASTER. Actuellement, je ne suis pas en mesure de préciser s’il existe une différence de track-list entre les deux versions. Je serai au rendez-vous dans treize ans… Remarquez, si Richie remettait le couvert avant, je ne serais pas contre !

Tracklist:
1. Go Faster
2. Feed My Head
3. Fooled Again
4. Can You Feel It
5. You’re Crazy
6. Chase It
7. Bad Things
8. Do It To Yourself
9. Dust
10. Faith
11. You Know That
12. Satellite (**Japanese bonus track**)

Musiciens:
Richie Kotzen: Chant, guitare
Virgil McKoy: Basse
Franklin Vanderbilt: Batterie
Arlan Schierbaum: Claviers

Producteur: Richie Kotzen

Publicités