26937_1En 1988, plus grand monde ne se soucie de Saxon. Leur virage vers un son commercial n’aura pas eu le succès escompté, même si le groupe a persévéré dans cette voie. Finalement, le batteur Nigel Glocker claque la porte à son tour, laissant le trio Biff Byford, Graham Oliver et Paul Quinn seuls pour guider le navire. Pourtant, si Saxon a effectivement adopté un son plus radiophonique, dans la lignée de Def Leppard, cela n’a pas pour autant nui à la qualité des compositions. De même, la personnalité du groupe, même si plus lisse, reste présente.

Certains diront que commencer par une reprise est révélateur que Saxon est au fond du trou. La suite leur donnera tort. En attendant, cette reprise du classique de Christopher Cross, « Ride Like The Wind » est une franche réussite. Lui donnant un rendu plus Rock avec des guitares qui claquent bien, Saxon s’approprie le titre avec tellement de brio qu’on jurerait qu’ils en sont les auteurs. Ce n’est pas faire injure à Cross que de dire que cette reprise dépasse l’originale, pourtant déjà de haut niveau. « Where The Lightning Strikes » est un titre mi-tempo typiquement Saxon, mais avec le gros son léché caractéristique du Hard Rock mélodique de l’époque: batterie avec réverbération, effet chorus sur les guitares et des bons choeurs énormes. Le titre fait mouche et nous montre que Oliver et Quinn n’ont rien perdu de leur superbe. Biff non plus d’ailleurs. Quant à la section rythmique employée pour l’occasion (Paul Johnson et Nigel Durham), elle ne démérite pas. Le titre suivant fera en revanche grincer plus de dents chez les fans de la première heure. Nous sommes clairement dans un titre AOR très soft et vaguement guimauve. Bien fichu, indiscutablement, mais qu’on serait plus en droit d’attendre de la part de Tina Turner ou Bryan Adams que de celle de Saxon. Cela dit, si vous pensez que Biff ne pouvait pas être convaincant en chanteur Pop, voici de quoi vous détromper. Peut-être pas futé de choisir ce titre comme single, vu qu’à ce stade il était assez visible que le grand public n’en avait rien à faire de Saxon et que cela n’a certainement pas poussé les anciens fans à s’intéresser à l’album. Sans doute la maison de disque refusait-elle de s’avouer vaincue.

Saxon enchaîne avec un « Calm Before The Storm » très Hard US et fort sympathique avant d’embrayer avec le magnifique « S.O.S. ». A nouveau la patte de Saxon est bien présente dans ce titre entre Heavy mélodique hyper accrocheur et quelques touches de progressif. Le très mélodique « Song For Emma » propose une altercation entre passages calmes et des passages plus énervés assez prenant et agréablement soulignés par des riffs de claviers (en plus des guitares, bien sûr). Oui, ça sonne fort commercial et les fans de Journey apprécieront peut-être plus que les fans de Saxon, mais cela reste un bon morceau, rien à dire là dessus. Saxon n’a pourtant pas oublié comment on faisait du Heavy Metal et le prouve avec un « For Whom The Bell Tolls » bien rentre-dedans que personnellement j’aurais mis comme titre d’ouverture. « We Are Strong » est un mid-tempo qui sonne à nouveau assez proche de Journey (période Escape et Frontiers), même si les riffs de guitares sont eux du pur Saxon. Le refrain est peut-être un peu facile, mais ne gâche pas la chanson pour autant. Pour ma part, j’en aurait fait le deuxième single à la place de « I Can’t Wait Anymore ». Après un « Jericho Siren » bien Heavy qui en fera à nouveau headbanguer plus d’un, Saxon nous emmène vers la fin de cette destinée avec un « Red Alert » qui aurait ravi les fans s’ils avaient daigné jeter une oreille sur ce disque.

Car oui, le principal tort de ce disque est d’avoir été boudé par à peu près tout le monde. Une bonne partie des fans avaient lâché Saxon suite à un Innocence Is No Excuse excellent mais trop ‘commercial’ pour certains metalleux sensibles, quand au grand public il n’avait jamais trouvé aux Anglais le sex-appeal de Def Leppard ou des groupes de L.A. Mais indéniablement, Destiny est un bon album qui propose tant des titres FM destinés à faire rugir les stades (ils en avaient le potentiel) que des titres Heavy dans la lignée des grandes heures du groupe malgré un son ancré dans son époque. Alors, il serait peut-être temps de le réhabiliter et de le mettre à sa juste place parmi les réussites du groupe.

Tracklist:
1. Ride Like The Wind
2. Where The Lightning Strikes
3. I Can’t Wait Anymore
4. Calm Before The Storm
5. S.O.S.
6. Song For Emma
7. For Whom The Bell Tolls
8. We Are Strong
9. Jericho Siren
10. Red Alert

Musiciens:
Biff Byford: Chant
Graham Oliver: Guitare
Paul Quinn: Guitare
Paul Johnson: Basse
Nigel Durham: Batterie

Producteur: Stephan Galfas

Publicités