R-6632629-1423498263-8470.jpegSi vous n’avez pas suivi l’histoire de Khymera, reportez vous à la chronique de Trendkill concernant leur premier album ICI. Leur deuxième effort, A New Promise, comporte quelques changements de line-up dont le plus notable est celui de S. Walsh ( Kansas ) qui a été remplacé au micro par Dennis Ward ( bassiste de Pink Cream 69, j’ai bien dit bassiste ) et qui s’en sort plus qu’honorablement pour une première expérience de lead singer. Daniele Liverani ( instigateur du projet ) est toujours derrière la six cordes mais il s’est adjoint les services d’un petit jeune plutôt prometteur, Tommy Ermolli.

Tout ceci nous donne un bon deuxième album agréable à écouter mais qui manque d’originalité et de spontanéité. Cela commençait pourtant bien avec un p’tit instrumental d’introduction à la « The Ides of March » sur le Killers de Maiden. La comparaison s’arrête là puisque Khymera officie dans un registre totalement différent. Les trois morceaux suivants sont des titres de pur Hard FM des plus classiques : les claviers, les chœurs et les refrains accrocheurs de « Alone », « Let it Burn » et « Looking for You » sont excellents et envoient la patate mais sans réellement créer de surprise. Le mid-tempo « All that I have » fait légèrement retomber l’ambiance mais Khymera remet les gaz avec « The Damage is Done », le titre le plus rentre dedans, le plus rock et certainement le plus réussi de l’album.

La suite de l’album est relativement correcte mais il manque toujours cette pointe d’originalité qui fait cruellement défaut à Khymera : « After the Way », « You Can’t Take Me Away From You »,  « If You Dare to Dream » et la mielleuse ballade « Tomorrow Never Comes » s’écoutent d’une oreille. « Fields of Fire » relève un tantinet le niveau mais la meilleure surprise de cette fin d’album reste « Give into the World », chanson au refrain accrocheur où Dennis Ward révèle son vrai talent de vocaliste. La ballade « All is Gone » cloture l’album de fort belle façon. Je ne sais pas si « A New Promise » aura une descendance mais si tel était le cas, il faudrait explorer d’autres horizons et prendre des risques pour convaincre. Mais peut-on demander cela à un projet de studio formaté ? Tout cela reste plus que correct mais, à l’image du premier album, il manque vraiment l’âme d’un vrai Rock Band.

Auteur: Mojart

Tracklist:
1. A New Promise
2. Alone
3. Let It Burn
4. Looking For You
5. All That I Have
6. The Damage Is Done
7. After The Way
8. You Can t Take Me (Away From You)
9. Tomorrow Never Comes
10. Fields of Fire
11. If You Dare To Dream
12. Give In To The World
13. All Is Gone

Musiciens:
Dennis Ward-chant
Daniele Liverani-guitare, basse, claviers
Tommy Ermolli-guitare
Dario Ciccioni-batterie

Publicités