53931fb91255d8432f8983a301380d7dOn en parle beaucoup moins que la Suède, la Finlande et la Norvège, mais le Danemark a apporté sa pierre à l’édifice dans le registre Hard Rock/Metal. Celui-ci a tout de même enfanté des groupes (devenus légendaires) tels que MERCYFUL FATE, KING DIAMOND, D.A.D, PRETTY MAIDS. Plus récemment, VOLBEAT s’est taillé une belle réputation à échelle internationale. Le Danemark a également fourni un paquet de groupes moins connus, mais tout aussi recommandables.

Parmi tous ces groupes, on mentionnera le quintette FLUSH THE FASHION. Vu son nom, on serait tenté de croire qu’on a affaire à un groupe fortement influencé par ALICE COOPER. Tout faux ! En fait, FLUSH THE FASHION brasse plusieurs influences variées et propose des chansons assez diversifiées aux parfums différents les uns des autres, même si le Hard Rock à tendance Sleaze reste quand même sa facette la plus présente sur son premier album, Failure Is Totally An Option.

Pour un premier album, les danois de FLUSH THE FASHION dévoilent plusieurs facettes de ce qu’ils savent faire et la diversité des influences a de quoi interpeller l’auditeur qui n’a pas une minute pour s’ennuyer. Le titre d’ouverture, le très bon mid-tempo Sleaze « Thunderdogs », soutenu par un chant éraillé, venimeux et un refrain entêtant, assez enjoué, n’est pas représentatif du groupe. Le seul dénominateur commun des 10 titres présents sur cette galette, c’est l’enthousiasme et la passion que ce quintette danois y insuffle. Par exemple, comment rester insensible au titre de fermeture « Bullies », un Big-Rock aux relents Sleaze déjanté qui provoque de furieuses montées d’adrénaline ? Ou encore à « Backstage’s Pass », une compo Hard bluesy joyeuse, ultra-accrocheuse et tubesque en diable, de surcroît ponctuée de choeurs tapageurs sur le refrain et qui pourrait s’apparenter à une sorte d’hybride entre les BLACK CROWES, les QUIREBOYS, GUNS N’ ROSES et BANG TANGO… Mais le côté caméléon de FLUSH THE FASHION est davantage accentué sur des titres comme « Burn It Down », un up-tempo aux forts relents punkysants, plein de punch qui met en avant le contraste entre le côté direct et brut de décoffrage du Punk et l’aspect technique du Heavy Metal via des solos de guitares éblouissants, mais aussi l’énergique et sombre « Preacherman’s Door », à mi-chemin entre Hard mélodique à l’européenne et ALICE IN CHAINS et mis sur orbite par une intro à la talk-box, ainsi qu’une rythmique binaire qui fait taper du pied. Mais là où FLUSH THE FASHION surprend le plus, c’est sur « Midnight Drunk At Noon », swinguant comme ce n’est pas permis: pour le coup, on nage en plein territoire Rockabilly, on plonge résolument dans les racines du Rock n’ Roll dans les 50’s/début des 60’s.

L’aspect Heavy Metal du groupe est davantage présent, plus exacerbé sur des titres tels que l’agressif et pétaradant « Medicated Freakshow », servi par une bonne dose d’urgence bien valorisée par les riffs tranchants qui l’enrobent, ainsi que l’instrumental travaillé « Flash The Fusion », à la fois technique et épique, mais non dénué de feeling (et, surtout, réussi, ce qui n’est pas fréquent chez les instrumentaux). Dans un autre genre, on mentionnera la présence du court et expéditif « Crackhead Yeti », dépourvu de solo de guitare, à mi-chemin entre Sleaze-Rock et Hard Rock 70’s, qui n’est rien d’autre qu’une incitation à la débauche. Quand à « Letters From A Rooftop », la ballade acoustique de l’album, elle évoque tour à tour « Don’t Cry » (GUNS N’ ROSES), SILENT LUCIFITY (QUEENSRYCHE), voire T-REX et malgré un durcissement de ton à la fin, peine quand même à convaincre et l’on se dit que le quintette danois pouvais mieux faire.

Quoi qu’il en soit, en dépit de quelques imperfections, les danois de FLUSH THE FASHION se sont fendus d’un premier album inspiré, agréablement varié. Je me permets même de dire qu’il s’agit d’une des bonnes surprises du premier semestre de l’année 2018. La diversité de Failure Is Totally An Option constitue un de ses points forts, surtout que ce quintette danois semble à l’aise dans tous les styles dans lesquels il s’essaie. Maintenant, on espère qu’il y aura une suite à cet album et que FLUSH THE FASHION parviendra à davantage peaufiner, affirmer son identité et, donc, franchir un palier supplémentaire. En attendant, ce sympathique combo danois gagne à se faire davantage connaître.

Tracklist:

1. Thunderdogs
2. Burn It Down
3. Midnight Drunk At Noon
4. Medicated Freakshow
5. Flash The Fusion
6. Preacherman’s Door
7. Backstage Pass
8. Crackhead Yeti
9. Letters From A Rooftop
10. Bullies

Line-up:
Magnus MP Möller (chant)
Dennis Post (guitare)
Rune Buck (guitare)
K.D Johansen (basse)

Niels Alex Larsen (batterie)

Label: BTHO

Site Internet:

Publicités