91-22MSI17L._SL1200_

Vade retro Papa Emeritus III, éjecté manu militari lors du concert du 30 septembre 2017 à Liseberg en Suède, puis zigouillé avec Papa Emeritus I et II.

Sister Imperator et Papa Nihil (Zero) vous présentent son successeur le Cardinal Copia. Mais qui est donc ce sinistre individu venu fiche la pagaille au sein d’une lignée que l’on croyait établie, un Papa Emeritus IV semblant en pole position pour succéder au troisième du nom? Que nenni, le clergé en a décidé autrement car c’est un « sous pâpe » (fallait que je la fasse!) qui se retrouve à la tête de Ghost pour ce nouvel album et c’est Papa Nihil, vieille branche gâteuse, qui est chargé de son éducation. Usurpateur, imposteur au look inspiré d’un don Corleone, de blanc vêtu et chapeauté d’un Borsalino en lieu et place du traditionnel Galero des cardinaux catholiques, le cardinal Copia ne connaîtra son sort (accèdera t’il au rang de Papa Emeritus IV?) qu’à l’issue des 200 concerts que donnera le groupe pour promouvoir Prequelle.

Quatrième album du combo emmené par son désormais connu leader Tobias Forge (alias tous les Papa et le Cardinal Copia), Prequelle s’inscrit dans la lignée de Meliora (2015) avec une orientation plus Pop encore. Effectivement on est bien loin des deux premiers albums Opus Eponymous (2010) et Infestissuman (2013) et de leur dominante Doom. Toutefois Ghost conserve ce son que l’on reconnaît immédiatement car plus qu’un changement c’est un virage plus mélodique, plus accessible, souhaité par Tobias Forge qui caractérise l’évolution musicale du groupe qui présente également un nouveau line up studio (en plus du Cardinal) se réduisant à quatre goules, dont une femme et non plus cinq comme par le passé. Petite précision, pour les prestations live ce sont huit à neuf musiciens que l’on retrouve sur scène.

Première chose que l’on note, c’est tout d’abord une différence dans la production réalisée de nouveau par Tom Dalgety. Elle est plus synthétique que pour Meliora, sans doute parce que guitares et batterie sont plus en retrait au profit des claviers et des arrangements caractéristiques de la musique Pop. Attention cela ne veut pas dire pour autant que Ghost à définitivement basculé dans la facilité loin de là! On retrouve les influences Rock psyché des années 70, les claviers façon orgue d’église, les guitares et riff Metal, mais ce sont les emprunts aux années 80 qui sont mis en évidence ici. On remarque aussi une évolution dans la voix de Tobias, un peu plus grave et légèrement rauque.

Prequelle est un opus de grande qualité qui commence sur une intro particulièrement lugubre d’enfants chantant une comptine, puis démarre le titre « Rats », le plus Metal de l’album, claviers, riff, refrain entêtant fleurant bon les années 70 avec un final sur lequel on peut s’imaginer les rats envahissant le monde.
En effet contrairement à Meliora qui évoquait un monde post apocalyptique où les hommes ne croyaient plus en Dieu (Satan devenant évidemment selon les codes Ghostiens, la seule alternative possible), Prequelle s’enracine dans l’époque moyenâgeuse de la grande peste des années 1340.
« Faith », le titre suivant aurait pu figurer sur Opus Eponymous ou Meliora, plus sombre et conforme au Ghost « traditionnel ».

C’est à partir de « See The Light », une ballade, qu’arrive le virage Pop et aux premières secondes d’écoute, après l’intro à l’orgue, on se demande quelle direction va prendre l’album. Je pense que si cette chanson avait été choisie au lieu de « Rats » pour la promotion de l’album, certains auraient jeté l’éponge. Pourtant à mesure que s’égrainent les notes on se prend à fredonner car le titre est vraiment bon, il n’oublie pas les guitares mais c’est le piano qui domine. Un ton plutôt planant allant totalement à l’encontre des paroles plutôt sinistres.

Car Ghost c’est avant tout un univers d’oppositions, une imagerie inspirée du Black Metal et des textes très noirs versant dans le satanisme mais chantés par une voix douce et claire sur des compositions très mélodiques, parfois légères ou encore dansantes.
Ainsi après « Miasma », premier instrumental enlevé avec un solo de saxo final qui apporte une touche surprenante et bienvenue, le Cardinal Copia nous invite à faire la fête sur une « Danse Macabre » évoquant le monde ravagé par la peste. Les gens dansent alors qu’ils vont mourir et on se joint à eux avec bonheur sur cet air Disco et entraînant. Un refrain qui vous reste longtemps en tête, des riffs et deux soli de guitares courts mais qui nous rappellent que Ghost c’est du Rock à défaut d’être complètement Metal.

Deuxième ballade « Pro Mémoria » et quelle ballade, magnifique, au clavier piano là encore mais addictive au possible avec un break de guitare soutenu par une instrumentation orchestrale, finissant par un chœur d’église.

Le Cardinal Copia continue son entreprise de séduction des masses avec « Witch Image » très années 80, là encore un refrain que vous n’oublierez pas! Ambiance sinistre à souhait avec le deuxième instrumental « Helvetesfönster » qui je verrais très bien au générique d’un film évoquant la fin du monde. L’album se termine sur « Life Eternal » dernière ballade qui nous invite à nous questionner sur l’éternité.

Les deux excellentes reprises de la versions luxe « It’s A Sin » des Pet Shop Boys et « Avalanche » de Léonard Cohen » s’intègrent parfaitement à l’album, l’une pour son ancrage dans les années 80, l’autre pour le ton encore plus grave (le Cardinal Copia nous livre ici une prestation de choix) et sinistre que l’originale.

Avec Prequelle, nul doute que Ghost joue à présent dans la cour des grands. Tobias Forge sait manier les ambiances musicales à merveille et c’est sans doute pour cela que de nombreux metalleux se laissent séduire par ces chansons qui vous entraînent dans son univers. Accessible oui, Pop un peu, mais riche et parfaitement maitrisé.

Tracklist :

1. Ashes
2. Rats
3. Faith
4. See The Light
5. Miasma
6. Dance Macabre
7. Pro Memoria
8. Witch Image
9. Helvetesfönster
10. Life Eternal

Bonustracks :
11. It’s A Sin (Pet Shop Boys Cover)
12. Avalanche (Leonard Cohen Cover)

Line Up :

Cardinal Copia, Papa Nihil (Tobias Forge) : Chant
Nameless Ghouls : Tous les instruments

Producteur : Tom Dalgety

Label : Loma Vista Recordings

Date de sortie : 1er juin 2018

Publicités