2529046Avec British Steel, Judas Priest s’était fermement établi comme le groupe leader du Heavy Metal et avait enfin réussi à s’imposer aux USA. Si Point Of Entry avait déçu pour son aspect plus soft, Streaming For Vengeance va permettre au Priest de conserver sa couronne face à ces jeunes loups aux dents longues que sont Iron Maiden et Saxon.

Intro grandiose mais uniquement électrique (et loin des clichés actuels des ouvertures pseudo symphoniques), « The Hellion » nous emmène tout droit sur ce monument du Heavy Metal qu’est « Electric Eye » ? Est-il encore nécessaire de présenter ce classique ? Le mieux à faire c’est de l’écouter. Disons juste que tous les éléments du Heavy Metal dit traditionnel sont-là (normal, c’est le Priest – et non Sabbath comme on le dit trop souvent – qui a apporté ses caractéristiques définitives au style). Plus rapide, « Riding On The Wind » dispose d’un riff monstrueux tandis que la voix aiguë de Rob Halford s’affiche comme un modèle à suivre pour toute une génération de chanteurs. Quant à KK Downing et Glenn Tipton, ils s’amusent à leurs traditionnelles passes de solos. « Bloodstone » sonne un peu plus ‘commercial’: accords qui raisonnent comm dans un stade et un refrain tubesque. Un titre qui est un peu tombé dans l’oublie du répertoire du Priest, mais qu’il convient de redécouvrir. « (Take These) Chains » semble aussi calibré radio. Composé par Bob Halligan Jr, le titre est cependant moins mémorable que l’excellent « Some Heads Are Gonna Roll » qu’il écrira pour l’album suivant.

On oubliera le mid-tempo assez banal qu’est « Pain And Pleasure » pour se jeter sur la folie dévastatrice qu’est « Streaming For Vengeance ». Rythme effréné de Dave Holland à la batterie, riffs en béton de Downing et Tipton, basse de plomb de Ian Hill et chant suraigu d’Halford. La panoplie est complète. Et si ce titre vous a laissé épuisé, le méga-tube « You’ve Got Another Thing Comin’ » se chargera de recharger vos batteries. Composé par le groupe à la toute fin des sessions pour gonfler un peu l’album, le titre deviendra le plus gros hit du groupe. Et ce n’est pas étonnant car il a tout d’un hymne avec son refrain qui ne vous sortira plus de la tête et parfait pour hurler à plein poumons et ses guitares très Arena Rock. « Fever » se révèle un bon titre de Heavy Mélodique après avoir commencé comme une ballade, la ligne de basse simplissime faisant groover le tout. C’est le sympathique « Devil’s Child » qui a la tâche ardue de terminer l’album. Il s’en acquitte honorablement, mais il ne restera sans conteste pas dans les mémoires.

Avec Screaming For Vengeance, Judas Priest a frappé fort. L’album sera plusieurs fois disque de platine et témoigne du sommet de la popularité du groupe. Adoptant un son plus commercial (plus de révèrbe et de chorus sur les guitare, un son de batterie énorme) tout en restant Heavy, le style fera des émules et influencera plusieurs groupes de Heavy Metal britanniques à obtenir un son plus ‘mainstream’. Il n’empêche que le contenu est solide et que l’on ne pouvait pas encore accuser le groupe de mettre de l’eau dans son vin. Un classique !

Tracklist:
1. The Hellion
2. Electric Eye
3. Riding On The Wind
4. Bloodstone
5. (Take These) Chains
6. Pain And Pleasure
7. Screaming For Vengeance
8. You’ve Got Another Thing Comin’
9. Fever
10. Devil’s Child

Musiciens:
Rob Halford: Chant
K.K. Downing: Guitare
Glenn Tipton: Guitare
Ian Hill: Basse
Dave Holland: Batterie

Producteur: Tom Allom

Publicités