R-3198754-1401331998-8911.jpegUn album incontournable du genre Hard FM qui marie élégamment mélodie et énergie.

In for the Count, le deuxième album de Balance, évoque pour certains d’entre nous les grandes années du Hard FM, où les groupes tels que Foreigner, Journey et Survivor trustaient les ondes radio US. Le groupe fondé en 1980 à New York par Peppy Castro (ex-Blues Magoos), fort d’un premier album éponyme paru la même année et renforcé par deux admirables singles « Breaking Away » et « Falling in Love » (22ème et 58ème au Billboard Hot 100 des charts Us) décide, en cette fin d’année 1981, de retourner en studio, afin de donner un digne successeur à ce premier et excellent album.

le groupe Balance, emmené par le charismatique chanteur Peppy Castro, est complété de Bob Kulick (requin des studios ayant travaillé avec le gratin du Rock US tel que : Meat Loaf, Kiss Lou Reed, etc) à la guitare, de Chuck Burgi (au palmarès d’albums long comme le bras), à la batterie, de Doug Katsaros (ex-Michael Bolton) aux claviers et de Dennis Feldman à la basse. Ainsi, le groupe compte bien battre le fer quand il est encore chaud.

C’est donc au début de l’année 1982 que le groupe entre aux légendaires Studios Power Station de New-York, sous la direction de Tony Bongiovi (cousin de Jon du groupe Bon Jovi) pour enregistrer leur deuxième album, le légendaire et culte In for the Count, qui s’avérera plus Heavy et d’une bien meilleure mise en son que son illustre prédécesseur.

Au menu, 11 titres de Hard Rock calibrés FM, comme on n’en fait plus et capables de rivaliser avec les albums Eye of the Tiger (1982) du groupe Survivor ainsi que 4 et Escape des groupes Foreigner et Journey parus tous deux en 1981, avec le succès qu’on leur connaît. 11 titres de haut niveau, propulsés par une formation au taquet, avec un guitariste (Bob Kulick) dont le jeu incisif et le touché imparable feront merveille sur la totalité de l’opus.

C’est sur le Tube « In for the Count », à la gargantuesque intro de claviers que commencent les festivités. Ce titre à l’air entraînant et au refrain immédiat soutenu de belles nappes de claviers plutôt omniprésents, s’avérera être un pur bijou de Hard FM. L’autre titre fort de l’opus sera certainement le beau et popisant « Slow Motion » à la sublime mélodie et aux irrésistibles vocaux et chœurs langoureux me rappelant le Queen des 80’s. Il vous transportera vers les hautes sphères de l’AOR. Dans un registre similaire, je mentionnerais volontiers l’énergique « On My Honour » et son refrain répétitif.

D’autres morceaux plus puissants se démarqueront des autres, à commencer par « Undercover Man » à la rythmique endiablée, accompagnée de guitares aiguisées et Heavy dont un solo incisif et lumineux de Bob Kulick tout à fait dans son élément. « Its Over », pas en reste, se distinguera par un chant plus rude, dont le timbre vocal me rappelle à bien des égards celui de Mike Reno, le chanteur du groupe canadien Loverboy.
Parfois, le groupe s’aventurera vers les sentiers balisés du Rock mélodique et FM à la manière du groupe Toto, mais en plus énervé. Sur « All the Way », les guitares rugissantes limite Heavy mêlées aux claviers et au chant mélodieux de Peppy Castro, donneront plus de relief à ce sublime morceau. Tout comme les 2 titres bonus de l’album : le mélodieux et presque dansant « She’s Alone Tonight » et le remuant et énergique « Ride the Wave », dont les interventions et le solo de guitare de Bob Kulick associés aux claviers feront des merveilles. Les titres restants que sont l’hésitant « Pull the Plug « , le groovy « Bedroom Eye » et sa basse funky et le lancinant « We Can Have It All » avec leurs refrains, rythme et claviers limite disco, seront à ranger aux côtés des chanson les moins évidents de l’album.

Cet album permettra au groupe de tutoyer les sommets du genre, mais il ne réussira malheureusement pas à s’y maintenir et finira par splitter. Chuck Burgi reprendra sa carrière en tant que batteur de studio. Quant à Bob Kulick, il continuera à jouer les guitaristes de luxe dans les albums d’artistes et groupes tels que Meat Loaf, Kiss et sur le premier album du chanteur Michael Bolton. Il contribuera aussi à divers projets et albums hommage sans grand intérêt.
Quant à Peppy Castro, Doug Katsaros et Dennis Feldman, ils feront une brève apparition comme invités de marque sur l’album Everybody’s Crazy de Michael Bolton paru en 1985.

Le groupe Balance, avec l’album In for the Count, réussit donc l’exploit de marier mélodie et énergie, le tout ancré dans un Hard FM (AOR) calibré radios US, proposé par des musiciens particulièrement inspirés.

Tracklisting :
1. In for the Count
2. Is It Over
3. Slow Motion
4. Undercover Man
5. On My Honour
6. All the Way
7. Pull the Plug
8. Bedroom Eyes
9. We Can Have It All
10. Ride the Wave
11. She’s Alone Tonight

Musiciens :
Denis Feldman (Basse)
Bob Kulick (Guitares)
Chuck Burgi (Batterie)
Doug Katsaros (Claviers)
Peppy Castro (Chant)

Producteur : Balance

Label: Portrait Records

Publicités