wt motehr earthIl est déjà loin ce jour de début d’année 2001, où je « farfouillais » dans le rayon Hard-Rock/Metal de la médiathèque… où je tombais sur cet album « Mother Earth ». D’abord intriguée, ou plutôt amusée (oui je sais c’est pas beau de se moquer…) par cette pochette avec Sharon (en blonde ou châtain clair,.. Sharon, enlève ta perruque on t’a reconnu…) avec ses ailes de papillon sur fond orange. Normalement, j’aurais dû reposer ce disque, mais cela m’a intriguée… puis tout m’a poussé à emprunter ce disque : le nom du groupe, le titre de l’album et le titre des chansons. Bref, tout ! Je pense que ce jour-là, dans ma découverte, c’est un peu comme si j’avais gagné « le gros lot ! ». Même si, rapidement, après avoir découvert de la ma même manière, NIGHTWISH avec « Wishmaster », je décrétais préférer NIGHTWISH…. pour ensuite revenir sur ma décision après la sortie de « Dark Passion Play » de NIGHTWISH. Mais ceci est une autre histoire, et, ne mélangeons pas ces deux groupes, qui, même s’ils peuvent paraître parfois similaire, ne le sont pas tant que cela. Avec cet album qui sort tout de même trois ans après leur premier « Enter », la grosse nouveauté est que Sharon est la seule voix de l’album. En effet, vous pouvez oublié les passages de « growls » avec Robert. Et ça, ça n’est pas pour me déplaire, car je ne suis pas fan des grognements…

L’album commence avec « Mother Earth », qui d’entrée me fiche une claque monumentale ! Début tout en harmonie et chorus très « aérien » qui vous emportera dans son univers. Dans le même registre il y a « Ice Queen », super dynamique et bien balancée ! Deux grands « hymnes » en live !

«  Our Farewell » qui débute en piano/voix, la pureté et la limpidité de la voix de Sharon se diffuse comme un filet d’eau. C’est beau ! Sublime mélodie ! Quant à «  Caged » : son intro très celte, médiévale, avec le début vocal un peu « agressif » et les choeurs qui apportent une atmosphère « space » . Un arrangement sublime et Sharon se lance dans des vocalises…. euh franchement : « Kate Bush, sort de ce corps !! » Tout au long du morceau la voix de Sharon navigue entre douceur et agressivité, mais c’est super bien fait.

«  The Promise » démarre avec une très longue intro progressive, qui « enfle » tout au long, c’est épique, c’est bien balancé ! Puis la voix de Sharon fuse d’une façon bouleversante. Difficile de ne pas être parcourue de frissons à ce moment-là. Du grand art ! Je suis émue…. C’est magnifique !

«Never-ending Story » et son intro en piano entêtante, puis Sharon commence à chanter avec des intonations « à l’irlandaise » dans la voix par moment, c’est magnifique. Une acrobate des notes, et pas une ne tombe à côté. C’est magique ! Avec cette « histoire sans fin », je m’attends à voir apparaître Falcor « le dragon chien » du film de mon enfance !

«Deceiver Of Fools »  avec ce morceau, retour aux titres épiques ! Cette intro en choeur puis une fois de plus la voix bouleversante de Sharon qui commence. Puis la mélodie « qui explose », tellement enthousiasmante. Je peux vous dire que ce morceau en live est juste une tuerie, on saute tous, partout !

«  Dark Wings » là ça fait très Nightwish dans le début pour dire. Voix « agressive » et mélodie bien balancée !

«  In Perfect Harmony » qui termine l’album avec son intro très nature, des bruitages d’oiseaux qui gazouillent, là aussi on retrouve l’intonation « à l’irlandaise » dans la voix de Sharon . Belle mélodie qui termine la chanson.

Alors oui, certains dirons c’est un disque avec des « vices cachés », en effet l’album commence avec « Mother Earth » et « Ice Queen » qui sont deux monument du classique Metal Symphonique, sortis en single. On s’attend donc à ce que tout l’album soit dans ce registre-là… et bien non. Mais en même temps nulle part il n’y avait écrit que tout allait être dans ce registre-là. Cet album est un habile mélange de morceaux typiquement symphoniques avec puissance et hautes envolées lyriques. Mais aussi des morceaux plus « intimistes » et « timides ». Une impression de « main de fer dans un gant de velours » avec la voix de Sharon. Une sorte d’ange tombé du ciel qui vous entraîne dans son univers. Univers que je partage depuis maintenant dix-sept ans. Album plus abouti et affirmé que le premier : « Enter » sorti en 1997. Laissant présagé que du bon pour le futur. Futur, qui, je peux déjà dire n’est que surprises, car aucun album n’est pareil. Plus qu’une évolution, une découverte à chaque fois. A part pour les deux derniers « The Unforgiving » et « Hydra » qui sont tout les deux la continuité l’un de l’autre pour mon plus grand bonheur. Bref, « Mother Earth » est un album à avoir et à découvrir si vous ne connaissez pas.

Tracklist :

1. Mother Earth
2. Ice Queen
3. Our Farewell
4. Caged
5. The Promise
6. Never-ending Story
7. Deceiver Of Fools
8. Intro
9. Dark Wings
10. In Perfect Harmony

Line Up :

Sharon den Adel-chant
Robert Westerholt-guitare
Jeroen van Veen-basse
Ivar de Graaf-batterie
Michiel Papenhove-guitare

Mother Earth

Ice Queen

Deceiver Of Fools

Publicités