1990-cowboys-from-hell1Si il y a bien un groupe qui a réussi à se réinventer totalement et ceci en l’espace d’un an c’est bien Pantera. Après presque une décennie de bons et loyaux services au service du Heavy voire même du Hard US, les texans après avoir tattoné musicalement avec leur Power Metal, crachent enfin leur valda et proposent une toute nouvelle orientation musicale encore plus Heavy voire même parfois Thrash Metal avec leur 5eme album Cowboys From Hell. Le groupe d’ailleurs considère cet album comme leur vrai début de carrière et renient même leur passé, qui avouons le n’a rien de honteux, il y a pire dans la vie que du faire du Hard Us Heavy….

C’est finalement en 1989 que les Cowboys sont repérés par la maison de disque Atco. Il faut dire qu’à l’époque leurs prestations scéniques sont déjà bien au dessus du lot. Et contrairement à beaucoup de groupes qui se ramollissent dès qu’ils signent, eux font le contraire. En effet l’album est bien plus Heavy/Thrash que la moyenne des groupes de l’époque. Ils proposent également des paroles bien plus sombres et vindicatives que dans le passé.

C’est également sur cet album que le talent de nos 4 porteurs de colt est révélé aux yeux du public metal du monde entier. On y découvre une section rythmique incroyable (et paradoxalement groovy) avec le jeu métronomique de la basse de Rex Brown et le jeu de batterie particulièrement inventif et inspiré de Vinnie Paul. On y découvre un chanteur qui a toute la grâce d’une enclume, un brailleur, un vrai, un tatoué mais qui est pourtant capable de chanter de la plus belle façon qui soit avec Phil Anselmo. Et surtout, et surtout, on y découvre un tout nouveau guitar hero en la personne de Dimebag Darrell au jeu si fluide en solo avec un son de gratte pachydermique en rythmique. Un toucher, du feeling, des expérimentations, toute la recette est ici complète en la personne de Dimebag.

Certes toutes les compositions ne sont pas excellentes sur cet album car le groupe se cherchait encore un peu. Mais par contre, certains titres sont devenus des vrais classiques du Metal. Celui qui écoute « Cowboys From Hell » et reste de marbre, n’a rien compris. Ce morceau est tout simplement LA déclaration de guerre des Texans au monde entier. Ils sont venus conquérir et ne feront désormais plus de quartier.
L’enchaînement du Thrash « Primal Concrete Sledge » enchaîné par le très heavy « Psycho Holiday » avec son riff de guitare si tranchant est imparable.
« Heresy » est quand à lui le morceau qui défini le mieux la recherche musicale du groupe à cette époque. Frénésie musicale, double pédale, chant avec des hurlements à l’ancienne, c’est le genre de morceau qui fait très mal aux cervicales. On notera un bon gros riff à la Anthrax précis et efficace.
Si il y a bien un morceau subtil sur cet album, c’est bien la fabuleuse ballade burnée « Cementary Gates ». L’arpège délicat du morceau est magnifié par le sublime chant clair d’Anselmo. Et puis ce solo… Mama Mia !
« Domination » est plus punk dans l’esprit. C’est un morceau taillé sur mesure pour faire pogoter une fosse chauffée à blanc.
C’est en fait sur « Shattered », qui ressemble énormément aux morceaux que Judas Priest proposera sur leur Painkiller (sorti la même année tiens tiens!), que l’on voit que Pantera se cherche encore. C’est sur ce morceau de bonne facture, que l’on entendra pour la seule et unique fois Phil Anselmo chanter avec une voix suraiguë comme tonton Rob Halford.
Le seul petit reproche que je ferai à cet album c’est que les 5 morceaux suivants, sans être mauvais, sont un peu en dessous des tueries énumérées ci dessus. Il restent néanmoins sympathiques à écouter.

C’est un groupe qui se cherche encore mais qui a acquit définitivement une personnalité unique. Ce sera sur leur album suivant Vulgar Display Of Power que le groupe aura digéré toutes ses influences et deviendront une vraie référence au point que le groupe sera copié maintes et maintes fois mais sans la classe des Cowboys.

Tracklisting :
1. Cowboys From Hell
2. Primal Concrete Sledge
3. Psycho Holiday
4. Heresy
5. Cemetery Gates
6. Domination
7. Shattered
8. Clash With Reality
9. Medicine Man
10.Message In Blood
11. The Sleep
12. The Art Of Shredding

Musiciens :
Darrell « Dimebag » Abbott-Guitare
Vince « Paul » Abbott-Batterie
Rex « rocker » Brown-Basse
Phil Anselmo-Chant

Producteur : Terry Date

Label : Atco

 

Publicités