R-4994721-1381625267-4593.jpeg« In the beginning
Good always overpowered the evils
Of all man’s sins… »

C’est par ce manifeste sur la jeunesse et le Diable que débute le Chef d’œuvre ultime de Mötley Crüe Shout At The Devil.

Car depuis le très Glam et très bon Too Fast For Love, de l’eau a coulé sous les ponts. On muscle son niveau technique, on devient plus heavy et surtout encore plus déglingués. Car Oui, Mötley Crüe était à cette époque un groupe mort de faim. Ils avaient envie de conquérir la terre mais aussi de choquer. Quoi de plus choquant aux States que de parler du Diable ? Car Shoot At The Devil a ce côté Satanique Ta Mère que peu de groupe ont réussi à égaler.

Oh pour enfoncer le clou, on change de Look. Le film Blade Runner vient de débouler sur les écrans et a influencé considérablement le look de nos 4 héros. Et force de constater que ça leur va comme un gant. Ce look cuir / maquillage / Glam est devenu cultissime avec le temps et influencera des générations de glamouses. D’ailleurs les autres groupes de l’époque se sont TOUS inspirés du Crüe. Mötley étant le chef de file de cette toute nouvelle scène.

Et l’album dans tout cela ? Et bien, on frise le génie. Rien à jeter !

L’entame avec « In The Begining » est idéale. Puis cet enchaînement avec « Shoot At The Devil » est tout simplement jouissif. La basse de Nikki et la grosse caisse de Tommy se font lourde à souhait. Et puis que dire de plus que ce morceau ? Si!!! Vince Neil chante faux mais franchement ça passe comme une lettre à la porte tant l’interprétation est géniale. C’est un titre taillé sur mesure pour lever ses petits doigts en faisant le signe du Diable sur le refrain.

Plus Rock N’Roll et basique, « Looks That Kill » est une chanson sans prise de tête. On sort un riff simple, on branche sa gratte à un Marche Mal et hop on balance la sauce. Aussi simple que de faire 1+1=2. On retiendra les paroles qui sont non seulement un manifeste Glam mais surtout un art de vivre! Elle a un look qui tue ! (accessoirement, on rêve de toutes ces jolies glameuses qui nous font tant rêver voire fantasmer… Mes draps s’en souviennent encore…)

« Bastards » est un vrai brûlot de hard bien heavy typique de cette époque et pourtant c’est genre de morceau Fuck You qui te donne envie d’envoyer chier tous ceux qui te cassent les couilles et que tu as bien envie d’insulter voire de tabasser. Le seul truc, c’est que t’es pas Mötley et tu peux pas (toujours) le faire…

« God Bless The Children Of The Beast » est un instrumental très mélodique où l’on découvre les talents (sous estimés) guitaristiques de Mick Mars. C’est une pause bienvenue après Bastards et surtout avant cette reprise incroyable du « Helter Skelter » des Beatles. Tempo plombé, le Crüe se permet même de surpasser la bande de Lennon. On croirait même que ce titre a été écrit pour eux. Le choix de cette chanson n’est pas innocent. Charles Manson a été influencé par cette chanson avant de commettre ses méfaits…. Et Charles Manson, c’est le Diable, donc la provoc gratuite qui sied si bien au Crüe.

« Red Hot » est un titre speed, où l’on retiendra le très bon jeu de double pédale de Tommy Lee. C’est un titre qui s’écoute tout seul.

Tempo plombé, clip kitch voire même ridicule et pourtant « Too Young To Fall In Love » est un excellent mid tempo à la sauce Mötley. Le refrain est incroyable, le riff addictif. Que demander de plus ? Ben je le réécoute encore et encore jusqu’à l’overdose ! On est ici plus proche des compos de l’époque Too Fast For Love.

Retour au hard vénère avec « Knock‘em Dead Kid » qui immortalise ce fameux soir où Nikki Sixx a eu une altercation avec les cops de la LAPD. Il a pris cher le bougre et pour se venger, il emmerde la police.

On garde le même mid tempo plombé que « Knock » on change légèrement le riff et l’air et on sort le morceau incroyable ‘Ten Seconds To Love ». Qui ne l’a pas braillé à tue tête ? Bon Ok, je sors mais c’est jouissif à gueuler !

Pour clôturer l’album, les 4 tarlouzes nous proposent la fausse balade « Danger ». Très réussie, on retiendra l’interprétation en béton de Vince. Bon il a des faussetés, mais cette fragilité fait tout le charme de cette chanson qui en fait renforce et entretien la réputation de bad boys du Crüe.

Achat indispensable!

Tracklisting :
1. In the Beginning
2. Shout at the Devil
3. Looks That Kill
4. Bastard
5. God Bless the Children of the Beast
6. Helter Skelter
7. Red Hot
8. Too Young to Fall in Love
9. Knock ‘Em Dead, Kid
10. Ten Seconds to Love
11. Danger

Musiciens:
Nikki Sixx – Basse
Vince Neil – Chant
Mick Mars – Guitare
Tommy Lee – Batterie

Label: Elektra

POCHETTE ALTERNATIVE:

MOTLEY_CRUE_SHOUT+AT+THE+DEVIL-412602

 

 

Publicités