CoverÇa y est vendredi dernier le 26 janvier sortait l’album de PHIL CAMPBELL AND THE BASTARD SONS. Le transfuge de MOTORHEAD après un EP très remarqué (dont vous pouvez retrouver la chronique ici) sort enfin un album complet. Et on peut dire que l’on n’est pas surpris, c’est du bon gros rock de bourrin qui tâche. Ça regarde SOA avec un t-shirt noir et une veste en jean. On attaque à Mach 12 avec des titres simples et efficaces,  rapides et cinglants un petit peu de Motorhead sur certains côtés, mais l’album des Bastard sait se diversifier, à l’image de certains titres sur lequel nous reviendrons plus loin dans cette chronique.

Côté voix on retrouve Neil Starr leader de ATTACK ATTACK déjà présent sur l’EP de 2014. Phil pour ce premier album rassemble à nouveau sa petite famille, et oui la quasi-totalité du line up est du pur Campbell. Todd, Tyla et Dane ne sont autres que les enfants de Phil. Durant la période de 1983 à 2015 le Gallois a officié pour MOTORHEAD, au côté du grand Lemmy, et donc un  grand nombre d’albums oui  sur cette période ! Et cela fait tout de même de lui un grand Monsieur.

À l’image donc de son ancien groupe l’album The Age Of Absurdity s’ouvre sur un titre ultra hard rock et rapide, histoire d’annoncer la couleur et de nous en mettre plein les écoutilles. Les titres suivants restent dans la même veine avec le bon gros “Skin and Bones”  ou Neil Starr nous envoie presque côté stoner, avec un riff bien lourd de guitares. Tout se déroule à merveille, les titres se suivent et on se surprendra peut-être à headbanger sur la partie solo et double pédale de Gypsy Kiss. Mais pour moi le tournant de l’album reste la piste 06, trônant fièrement au centre de l’album, Dark Days surprend. Phil nous envoie un sale blues, riff et rythmique en Mi déjà entendu , mais avec la sauce des Bastard Sons ça envoie du bois. Le petit harmonica passe tout seul et c’est un tour de maître, on ne s’ennuie pas. humm humhum nowhere to go hum humhum !! Elle reste en tête. Et c’est reparti, à peine le petit blues fini Dane martèle déjà les fûts, comme un fou. Les titres suivants passent comme des petits pains jusqu’au dernier, Into the Dark, une sorte de power ballad de 6 min 30 très sympa (ou Neil se permet un petit effet d’écho sur le chant en milieu de titre).

Bref c’est une super piste qui clôture ce premier album composé avec brio, Phil et son équipe maîtrisent le bon hard rock et nous le font savoir. Un album que je vous conseille, pendant un petit road trip d’été, ça passera tout seul.

Tracklist :
01 – Ringleader
02 – Freak Show
03 – Skin and Bones
04 – Gypsy Kiss
05 – Welcome To Hell
06 – Dark Days
07 – Dropping The Needle
08 – Step into the Fire
09 – Get on your Knees
10 – High Rule
11 – Into The Dark

Line up :
Phil Campbell – guitare
Neil Starr – chant
Todd Campbell – guitare
Tyla Campbell – basse
Dane Campbell – batterie

Label :
Nuclear Blast

 

 

Publicités