7072593_origELECTRIC ANGELS fait partie de ces groupes qui ont eu une durée éphèmère et qui n’ont laissé qu’un seul et unique album en guise de témoignage discographiqque. Malgré tout, ce quatuor américain a proposé un album intéressant en cette année 1990. Sa musique est du pur Rock n’ Roll avec des riffs Hard, une bonne couche de Blues et une petite pincée de Glam. Pour simplifier, je décrirais ce groupe à mi-chemin entre L.A.GUNS et les BLACK CROWES, avec une petite touche HANOI ROCKS. Soit la rencontre de l’attitude de l’époque avec les racines du Rock et l’état d’esprit plus 70’s.

Sur cet opus, ELECTRIC ANGELS attire l’attention par sa capacité à proposer des titres tantôt catchys et entrainants; tantôt serieux, mélancoliques. Parmi les titres les plus marquants, citons le court « I Believe » et sa basse slappée qui sert d’apéritif avant le plat de resistance. Puis « Live In The City » et « Rattlesnake Kisses » prennent le relai et apportent une touche de bonne humeur. Mais ELECTRIC ANGELS sait varier son répertoire, transmettre des émotions diverses. La preuve avec le sleazy « Last Girl on earth » et ses mélodies contagieuses, ou « Dangerous Drug » et « All The Money » qui alternent ambiances tristes et passages plus secoués, plus vifs.

Des sentiments d’urgence, voire de pessimisme apparaissent egalement sur l’excellent « Home Sweet Homicide ». Autres chansons dignes d’intêret: « Whiplash » qui commence à la guitare acoustique, laisse à penser qu’il s’agit d’une ballade bluesy puis, sans prevenir, bascule dans un rock endiablé. Enfin, « The Drinking Song » est un Rock n’ Roll festif mis sur orbite par une intro à l’ambiance « saloon » (mélodie de piano, papotages…) qui est une sorte de clin d’oeil aux films western spaghetti.

Quand aux ballades, elles sont au nombre de 2 sur l’album: le grandiloquent et mélancolique « True Love And Other Fairy Tales » très arrangé puisque guitare acoustique, violons et diverses orchestrations sont présents sur ce titre. Vraiment magistral ! Puis « Cars Crash », une ballade bluesy sur laquelle riffs électriques et guitare acoustique, appuyés par une discrètes orgue Hammond, se relaient de façon parfaitement synchronisée.

Le Rock de ELECTRIC ANGELS avait des charmes non négligeables auxquels il était difficile de resister. La voix profonde de Shane, qui avait parfois des intonations à la Bret Michaels (POISON) et le savoir-faire du guitariste Ryan Roxie y étaient pour beaucoup. Ce dernier, d’ailleurs, n’est pas n’importe qui puisqu’il a joué avec Alice COOPER (le live A Fistful Of Alice et l’album « Dragontown ») et SLASH’S SNAKEPIT (l’album Ain’t Life Grand). Il est juste dommage que cet opus soit passé quasi-inaperçu à l’époque. A défaut d’avoir eu du succès sur le plan commercial, ELECTRIC ANGELS est devenu un groupe culte pour plusieurs personnes. C’est déjà pas mal.

 

Tracklist:

1. I Believe
2. Live In The City
3. Rattlesnake Kisses
4. Head Above Water
5. Dangerous Drug
6. True Love And Other Fairy Tales
7. Last Girl On Earth
8. Home Sweet Homicide
9. Cars Crash
10. All The Money
11. Whiplash
12. The Drinking Song

 

Line-up:

Shane (chant)
Ryan Roxie (guitare)
Jonathan Daniel (basse)
John Schubert (batterie)

 

Producteur: Tony Visconti

 

Label: Atlantic

 

 

Publicités