En consultant mes archives, j’ai retrouvé des entretiens réalisés il y a une quinzaine d’années, dont certains me semblent contenir des informations intéressantes pour qui apprécie les groupes concernés. J’ajouterai petit à petit ces entretiens au site.

Steve Plunkett effectuait un retour inattendu en 2003 avec un nouvel album d’Autograph intitulé « Buzz ». Un Autograph version 2.03 comme il le désignait, pour marquer une différence avec le line up qui fit les belles heures du groupe dans les années 80. C’est donc entouré de nouveaux musiciens que nous le retrouvions, et après de nombreuses années sans nouvelles, le chanteur répondait à quelques questions sur son actualité, son nouveau groupe, mais aussi sur son passé.

itwautograph2003
Autograph en 2003. De gauche à droite : Steve Plunkett (chant, guitare), Matt Laug (batterie), Lance Morrison (basse) et T.J. Helmerich (guitare).

Bonjour Steve. La dernière fois qu’on a entendu parler d’Autograph, c’était lors de la sortie de la compilation d’inédits « Missing Pieces », en 1997. Qu’as-tu fait ces cinq ou six dernières années ?
Steve Plunkett : Depuis la séparation d’Autograph à la fin des années 80, je me suis concentré sur l’écriture et la production. J’ai passé sept ans en tant que compositeur avec une grosse compagnie d’édition à Los Angeles et je me suis retrouvé fortement impliqué dans l’écriture et la production de musiques pour le cinéma, la télévision et aussi pour d’autres artistes. C’est ce que je fais encore actuellement, et à ce jour j’ai écrit pour plus de 40 films dont « Rock Star » et « Gods And Monsters ». J’ai aussi eu la chance de pouvoir produire des artistes comme Graham Nash, Cyndi Lauper, Marc Anthony et George Clinton.

Je crois que « Buzz » était au départ annoncé comme ton deuxième album solo. Pourquoi et quand ce projet est-il devenu un nouvel album d’Autograph ?
SP: « Buzz » a toujours été prévu comme un album d’Autograph. Je pense que les annonces d’un album solo n’étaient que des rumeurs. Quand j’ai commencé à écrire du rock mélodique orienté années 80, je le faisais en pensant à Autograph. Je n’ai jamais pensé en faire un album solo, mais si ça avait été le cas, la musique aurait été plus pop.

Les fans seront probablement déçus de constater que ce nouvel album n’a pas donné lieu à la reformation du line up original. Pourquoi les anciens membres n’ont-ils pas été impliqués dans ce projet ?
SP: J’ai voulu rendre les choses très claires pour tout le monde sur le fait que ça n’était pas le Autograph des années 80, mais une version totalement nouvelle du groupe : la version 2.03. Ce qui signifie la seconde version du groupe en 2003. C’est la raison pour laquelle cette mention (v2.03) figure sur la pochette du cd, de même que le message d’explication que j’ai mis à l’intérieur, et les photos des nouveaux membres derrière le cd. C’était donc suffisamment clair. J’ai le plus grand respect pour les membres originaux du groupe, mais il aurait été impossible de les rassembler, car en dehors de moi, seul Steve Lynch est resté dans la musique professionnellement. J’en avais parlé à Steve il y a quelques années et j’avais su qu’il n’était pas intéressé. Je savais donc que, si j’étais pour le faire, il me faudrait monter une toute nouvelle version du groupe.

Tu t’es tenu à l’écart de la scène rock mélodique pendant un long moment après ton album solo en 1991. Mais depuis environ deux ans, on te revoit à nouveau et de plus en plus dans divers projets comme l’album solo de Marc Ferrari ou la bande originale de « Rock Star ». Vis-tu une nouvelle histoire d’amour avec ce style, et penses-tu qu’elle sera durable ?
SP:
Tu as raison, je n’ai rien écrit en rock mélodique pendant de nombreuses années. Je n’ai recommencé à le faire qu’au moment où j’ai été impliqué dans le film « Rock Star », car le scénario nécessitait un style de rock des années 80. C’est à ce moment que je me suis rappelé à quel point c’était agréable de jouer ce genre de musique. Ce film a vraiment été le déclic pour faire un nouveau cd d’Autograph. Je ne sais pas combien de temps durera cette « histoire d’amour », mais si c’est possible, j’aimerais faire un autre cd d’Autograph… version 2.04 !

61zNGmy69IL

Parlons du nouvel album. Il me semble que « Buzz » est un mélange entre Autograph et ton album solo, avec une touche contemporaine. Es-tu d’accord ?
SP:
Je pense qu’il y a un peu de mon « son solo » là dedans, mais je crois que c’est principalement dû au chant. Globalement, je pense que c’est un album qui sonne très « Autograph ». J’ai essayé de rester fidèle à la structure du son « Autograph » qui est basée sur des refrains très mélodiques, de bons grooves et beaucoup de « hammer » dans le jeu de guitare. La touche moderne vient des méthodes d’enregistrement qui ont changé de manière drastique depuis les années 80, et je pense que ça aide à donner un son un peu plus soigné au cd. Les effets comme la reverb ou le delay sont également beaucoup moins mis en avant qu’ils ne l’auraient été dans les années 80.

Sur « Shake The Tree », je trouve que ton nouveau guitariste T.J. Helmerich reproduit fidèlement le jeu de Steve Lynch. Était-ce naturel pour lui ?
SP: Oui. T.J. est l’un des guitariste les plus doués que j’ai entendu pour le « hammer ». Je l’ai découvert au Musicians Institute ici à Los Angeles, d’où venait également Steve Lynch. Ce style de jeu n’est pas vraiment en vogue de nos jours et il n’y a pas beaucoup de guitaristes qui jouent de cette manière. Quand j’ai entendu T.J., j’étais épaté, car on aurait pu croire qu’il avait tout le temps fait ça. Il a fait plusieurs albums sur le label de Mike Varney.

« Can’t Stop Rockin’ » rappelle un peu le message que vous délivriez dans « Turn Up The Radio »…
A la base, « Cant Stop Rockin’ » parle d’un type qui a le hard rock dans le sang. Bien que ce ne soit plus du tout à la mode, il en a besoin. De nos jours, tout le monde analyse tout et on dirait qu’on ne se satisfait plus de rien… pas même du rock’n’roll ! L’idée est proche de « Turn Up The Radio », qui était en quelque sorte de tout oublier et prendre du plaisir !

Comment as-tu rencontré les différents membres ?
SP: T.J., comme je l’ai dit, venait du GIT et m’avait été recommandé par un ami. J’ai rencontré Matt Laug et Lance Morrison quand ils jouaient avec Alanis Morissette. J’aimais beaucoup leur façon de jouer ensemble et je les avais appelés sur beaucoup de projets de studios ces dernières années. Nous avions parlé d’Autograph plusieurs fois, et je savais qu’ils étaient tous les deux fans du groupe. Donc, quand j’ai commencé à envisager de réunir de nouveaux membres, c’est à eux que j’ai pensé en premier.

Quel est ton sentiment sur la musique en 2003 ? Y a-t-il des groupes actuels que tu apprécies ?
SP: Je pense qu’elle est très bonne. J’aime beaucoup de nouveaux styles et de groupes comme Nickelback, Queen Of The Stone Age, Lifehouse et Disturbed. Chaque fois que je mets la radio, j’entends de bonnes choses.

Avez-vous prévu une tournée pour promouvoir l’album ?
SP: Nous sommes totalement ouverts à une idée de tournée, si ça a un sens. Autograph n’a jamais joué en dehors de l’Amérique du Nord, donc je pense que ce serait formidable de pouvoir enfin jouer en Europe. On doit voir comment le cd marche, mais ce serait sympa. (…)

J’ai appris que Point Music allait bientôt ressortir « Missing Pieces », avec des titres bonus. As-tu encore beaucoup de morceaux inédits d’Autograph dans tes tiroirs ?
SP:
C’est vrai, ils vont refaire une nouvelle version de « Missing Pieces ». Quelqu’un en Allemagne a mis la main sur cinq démos que nous avions fait avant même de jouer en concert et avant « Sign In Please ». Je ne sais pas qui les avait, ni comment il les a eues, mais ils les ajouteront avec deux autres bonus qui figuraient sur l’édition japonaise.

Avant Autograph, tu étais dans un groupe nommé Wolfgang, dans lequel jouait également l’ancien bassiste d’Autograph Randy Rand. Dans une récente interview, le chanteur de Quiet Riot Kevin DuBrow disait que Wofgang faisait partie des trois plus gros groupe de Los Angeles à cette époque, avec Quiet Riot et Van Halen. En considérant Wolfgang comme la base d’Autograph (corrige moi si je me trompe), comment expliques-tu que vous ne soyez jamais devenu aussi gros que QR et VH en terme de popularité ?
SP:
Merci Kevin ! C’est vrai que Wolfgang était l’un des trois plus grands groupes de L.A. à cette époque, c’est à dire dans les années 1976-1978. Nous avons fait beaucoup de concerts avec Quiet Riot et Van Halen et parfois ils étaient en tête d’affiche, d’autres fois c’était nous qui l’étions. Wolfgang n’a jamais décroché de contrat, ce qui explique que le groupe ne soit jamais devenu aussi énorme, et au final nous nous sommes séparés. Nul ne sait pourquoi. Nous aurions sans doute dû travailler davantage la partie business, mais nous étions un groupe très actif et jouions six à sept soirs par semaine, chaque semaine et durant plusieurs années ! Mais tu as raison, beaucoup de gens voyaient un peu de Wolfgang dans Autograph.

Es-tu toujours en contact avec les anciens membres d’ Autograph ?
SP:
Pas vraiment. On s’est un peu tous perdu de vue. Parfois nous sommes en contact pour des questions de business, mais géographiquement, nous vivons dans des régions différentes et n’avons plus de relations suivies.

itwautograph80s
Autograph en 1985. De gauche à droite : Keni Richards (batterie), Steve Plunkett (chant et guitare), Steven Isham (clavier), Randy Rand (basse) et Steve Lynch (guitare).

Penses-tu que le Autograph ‘version 1.84’ pourrait revenir un jour ?
SP: Ha Ha ! Tu as bien relevé la terminologie ! Non, je ne pense pas réellement que ça puisse arriver. A moins d’une intervention divine. A l’heure actuelle, j’essaie plutôt de faire des choses comme je le sens et sans contrainte majeure.

Pour finir, penses-tu faire de nouveaux disques dans ce genre de musique à l’avenir ?
SP: Comme je le disais, j’aimerais faire un autre cd d’Autograph si celui-ci marche. J’aime ce genre de musique et c’est génial d’en jouer, mais nous devons voir ce qui se passe d’abord.

Tu veux ajouter quelque chose ?
SP: Je voudrais juste dire merci à tous les fans d’Autograph à travers le monde d’avoir entretenu la flamme ! J’espère que « Buzz » sera accepté en tant qu’album d’Autograph et que les fans apprécieront le nouveau groupe – version 2.03.

 

(entretien réalisé par mail en juin 2003 ; les questions posées ont été parfois reformulées pour faciliter la lecture et éviter des redondances)

Publicités