deeppurple1996Ritchie Blackmore, après d’interminables prises de tête avec Ian Gillan (lequel avait déjà quitté le groupe à l’époque de « Slaves And Masters » en 1990) décide finalement de quitter le groupe pour de bon ! Bien lui en a pris !

Après une tournée avec JOE SATRIANI à la place de Ritchie, DEEP PURPLE se rend compte, après des années de dictature « blackmorienne » (l’arrivée de Joe Lynn Turner sur « Slaves And Masters », un bon album de… RAINBOW), qu’il peut très bien s’en sortir sans son taciturne guitariste. Le choix définitif se porte alors sur Steve Morse qui parvient sans problèmes à intégrer le groupe. Mieux, la cohésion du groupe s’en trouve décuplée, Deep Purple est à nouveau heureux de jouer et ça s’entend !

Le titre d’ouverture, « Vavoom: Ted The Mechanic » est tout bonnement hallucinant, cela faisait des lustres que Deep Purple n’avait pas proposé des morceaux de ce calibre, avec un méchant groove, on se croirait presque revenu à l’époque de « Machine Head » !!! Steve Morse est impérial, il apporte ce groove qui faisait défaut au groupe depuis 20 ans au moins, il permet aussi de moderniser un peu le style qui devenait un peu anachronique ces dernières années (mais est-ce vraiment un mal ?) avec une touche agressive et « heavy » ! Mais Ritchie c’est Ritchie et on le remplace pas aussi facilement, son jeu si fin et posé ne se retrouve hélas pas toujours dans le style de Steve Morse (ses détracteurs lui reprocheront d’être trop « bourrin »). Mais peu importe, « Purpendicular » est superbe et c’est sans problèmes un des meilleurs albums toutes périodes confondues.

Hyper inspiré, mélangeant avec brio des chansons « heavy » dans le plus pur style Purple (« Somebody Stole My Guitar », « Cascades: I’m Not Your Lover » et son intro d’anthologie, « A Castle Full Of Rascals » avec encore une fois un putain de groove et un pont d’une beauté, impressionnant !) et des « ballades » belles à pleurer, parfois un peu longues mais trop chargées d’émotions (« The Aviator » avec un petit côté Joe Satriani à la guitare acoustique, « Sometimes I Feel Like Screaming » et « Loosen My Strings », toutes les deux très profondes).

On peut toutefois reprocher à l’album d’être un peu mou par moment (A Touch Away), et à ce moment là on se prend à regretter les titres ultra accrocheurs, « heavy » et teintés de progressif du père Ritchie (« Anya » sur « The Battle Rages On » et « Wicked Game » de « Slaves And Masters », toutes les deux injustement méconnues).

Mais heureusement, les montées d’adrénaline de l’album (notamment le refrain de « Hey Cisco » et son intro aussi avec un arpège digne de figurer dans le Panthéon du rock !) sont toujours judicieusement placées pour maintenir l’intérêt de l’auditeur. Au final, malgré quelques inconvénients liés à un changement brutal, après plus de dix ans de Blackmore, « Purpendicular » est quand même la preuve vivante que Deep Purple peut toujours surprendre son monde avec une musique passionnante, plus de vingt ans après des débuts sur lesquels la plupart des gens sont restés focalisés. Changez un peu d’air, le groupe n’a pas seulement composé « In Rock » et « Machine Head » !

Auteur : David

Tracklist :
1. Vavoom: Ted the Mechanic
2. Loosen My Strings
3. Soon Forgotten
4. Sometimes I Feel Like Screaming
5. Cascades: I’m Not Your Lover
6. The Aviator
7. Rosa’s Cantina
8. A Castle Full of Rascals
9. A Touch Away
10. Hey Cisco
11. Somebody Stole My Guitar
12. The Purpendicular Waltz

Musiciens:
Ian Gillan – chant
Steve Morse – guitare
Roger Glover – basse
Jon Lord – claviers
Ian Paice – batterie

Producteur: Deep Purple

Label: RCA

Publicités