deeppurple-infinitegold2017Je commence cette chronique par un coup de gueule. Il y en a marre de ces sorties « deluxe » ou « tour édition », 6 mois après leur première parution, obligeant bien souvent le fan à ressortir la carte de crédit.

Je ne reviendrais pas trop sur l’album studio – plutôt bien foutu et excellent chant du cygne si le groupe arrête là – pour me concentrer sur le disque bonus de ce « Gold Edition ».

Enregistré au Hellfest en juin 2017, ce live est une bonne surprise garantie 100 % sans overdubs, produit et mixé par Bob Ezrin (Alice Cooper, Deep Purple, Pink Floyd, Telephone …). On commence avec un début inquiétant avec l’intro de « Time For Bedlam », tiré de « Infinite ». Premier constat : Ian Gillan est en forme et va le rester tout au long des 1h20 proposées ici, chose qui n’est pas toujours le cas depuis une quinzaine d’années ; en même temps Gillan hurle un peu moins et pose plus sa voix et le resultat s’entend.

« Fireball », « Bloodsucker » et « Strange Kind of Woman », s’enchainent sans aucun temps mort à la suite du premier titre ; deuxième constat : le groupe derrière Gillan se révèle en grande forme, mention spéciale à Don Airey, omniprésent tout au long.

« Uncommon Man » (de « Now What », l’album précédent) est l’occasion pour Steve Morse de nous éclabousser de son talent grâce à une intro de toute beauté et même si le monsieur est diminué, guitaristiquement parlant, pour cause d’arthrose du poignet droit qui l’oblige à jouer différemment, il assure toujours autant. Il suffit d’écouter la fin de « Black Night » pour s’en convaincre. Juste après, on se prend un « Surprising », sans surprise aussi bon que sa version studio, puis un « Lazy » tellurique et un excellent « Bird of Prey » (le meilleur morceau de « Infinite » pour moi).

Un petit mot sur la section rythmique assurée par nos deux papys que sont Roger Glover à la basse et Ian Paice à la batterie : elle est impériale tout au long de la prestation. En même temps qui en douterait ?

L’album se termine sur un chapelet de tubes : un « Perfect Strangers » énormissime, un « Space Trucking », un « Smoke On The Water » où le groupe ne s’étend plus autant qu’avant, ce qui n’est pas plus mal, un « Hush » sautillant et un excellent « Black Night » délivré en version longue avec un clin d’œil à LED ZEPPELIN.

Bref ,vous l’aurez compris, c’est un excellent live que nous offre là Deep purple. Un de plus.

Tracklist :
Disque 1
1. Time for Bedlam
2. Hip Boots
3. All I Got Is You
4. One Night in Vegas
5. Get Me Outta Here
6. The Surprising
7. Johnny’s Band
8. On Top of the World
9. Birds of Prey
10. Roadhouse Blues

Disque 2
Live At Hellfest 2017
1. Time For Bedlam
2. Fireball
3. Bloodsucker
4. Strange Kind Of Woman
5. Uncommon Man
6. The Surprising
7. Lazy
8. Birds Of Prey
9. Perfect Strangers
10. Space Truckin’
11. Smoke On The Water
12. Peter Gun / Hush
13. Black Night

Musiciens:
Ian Gillan – chant
Steve Morse – guitare
Roger Glover – basse
Don Airey – claviers
Ian Paice – batterie

Producteur: Bob Ezrin

Label: earMUSIC / Verycords

 

Publicités