ktf« Keep The Faith » marque le retour du groupe, après deux ans de séparation. En effet, la tournée qui suivit le titanesque « New Jersey » ne fut pas de tout repos, le groupe ayant enchaîné plus de deux cents concerts partout dans le monde – et surtout aux USA. 1989 et 1990 furent deux années sabbatiques pour Jon et ses potes, qui se sont retrouvés séparés. Ils se sont retrouvés un an plus tard, et ont commencé à rejoué ensemble. Ils ont alors relevé le challenge d’écrire un nouvel album en s’adaptant aux nouvelles tendances musicales emergentes en ce début de décennie, sans perdre la foi du public original (peut-être le titre « Keep The Faith » est-il assez explicite là-dessus ?)
Quoi qu’il en soit, l’album est assez bien accueilli en dépit du changement radical qui l’oppose à son prédecesseur. Bon Jovi nous a servi un opus de qualité, un peu plus terre-à-terre, où des mélodies plus crues et des textes un peu plus mordants voire rêches s’enchaînent harmonieusement.
L’album démarre avec « I believe », qui critique bien la société américaine. On sent là l’influence du grunge et du rap (du point de vue lexical, rassurez-vous !) dans des textes un peu plus en rapport avec des problèmes qui ont trait à la vie en société. Le hit « Keep The Faith » est encore plus ancré dans cette tendance, avec une guitare très sèche par rapport à celle jouée dans les opus précédents. L’accentuation de la guitare basse souligne bien cette « influence des quartiers ».Ce titre auquel l’album doit son nom devient un tube et restera un classique du groupe. « I Sleep When I’m Dead » parle de l’enfer que vit le groupe pendant qu’il est en tournée, l’exténuation due aux innombrables heures d’enregistrement en studio… un peu comme l’ont fait AC DC avec « Highway To Hell » ou « I Sleep When I’m Dead » reste en tout cas l’ « hymne national » du groupe. Le morceau est assez simple avec un rythme un peu trop facile, mais l’ensemble est efficace. « In These Arms » est une belle ballade, pourtant rythmée et assez « rocky ». Bon Jovi y affirme (et confirme) le romantisme avec lequel il a su séduire toutes les jeunes filles de la planète. « Bed Of Roses » est également une superbe chanson, où le piano est à l’honneur, avec une guitare en arpège qui n’en reste pas moins présente, très douce et mélodieuse. Jon fait vibrer sa voix avec brio, le solo de guitare est superbe car émouvant (même s’il n’est pas exceptionnel techniquement parlant). On quitterait presque le morceau avec le mouchoir à la main. Ce morceau peut sembler trop mielleux à la première écoute mais il est réellement bien construit. L’enchaînement avec « If I was Your Mother » est brutal: on ne s’attend pas à se prendre une telle claque ! Le démarrage est explosif, même si le morceau n’est rapide. La guitare est incisive et râpeuse, passant d’accords grave à des tonalités suraigües. Ce morceau est le plus brutal jamais enregistré par le groupe.
La suite de l’album est assez Rock N’ Roll, composée de morceaux plus simples qui se laissent écouter même s’il ne sont pas d’une ambition interressante. Juste une autre petite palme pour « Dry County« , qui malgré sa longueur est très efficace, avec un passage terriblement « rentre-dedans » au milieu. Le thème de la chanson est bien rendu par la guitare et le piano.

En final, « Keep The Faith » est l’album qui a su montrer que Bon Jovi n’était pas mort et que ce groupe a su, contrairement à ce que tout le monde pensait, survivre à revirement musical qui a marqué le début des années 90. Avec 5 singles, l’album s’est vendu à 15 millions d’exemplaires.

Auteur : ThunderStick

Tracklist :

1 . I Believe
2. Keep the Faith
3. I’ll Sleep When I’m Dead
4. In These Arms
5. Bed of Roses
6. If I Was Your Mother
7. Dry County
8. Woman in Love
9. Fear
10. I Want You
11. Blame It on the Love of Rock & Roll
12. Little Bit of Soul

Musiciens:

Jon Bon Jovi-Chant , Guitare
Richie Sambora-Guitare
David Bryan-Synté, Piano
Tico Torres-Batterie
Alec John Such-Basse

Keep The Faith

Bed Of Roses

Publicités