600x600bfVoici un album qui va en décontenancer, en surprendre plus d’un. En effet après une période Classic Rock dans les seventies, une période Hard US dans les eighties, un passage plus moderne dans les années 90, Alice Cooper (de son vrai nom Vincent Furnier) nous propose en 2005 un véritable melting-pot musical. De manière à mieux comprendre ce que contient Dirty Diamonds voici un titre par titre :

« Woman Of Mass Distraction » : Le morceau débute avec des guitares à la AC/DC. La suite a un petit coté Glam seventies sympathique.
« You Make Me Wanna » : Encore une compos très 70′ qui s’ écoute sans aucune difficulté. Les ‘hou, hou, hou’ présents lors du refrain vous ferons obligatoirement chantonner.
« Perfect » : Des guitares à la AC/DC/Rolling Stones sur une mélodies à la Beatles. Le cocktail est sympathique.
« Dirty Diamonds » : Voici un titre très difficile à décrire car on sent une multitude de style. Passage du genre musique de série Tv des années 70 (et oui encore!), des guitares qui sonnent bizarre et qui se transforment en fureur pendant les refrains. Morceau étonnant mais intéressant.
« Pretty Ballerina » : Une mélodie de chant à la Beatles, de la flûte à la Jethro Tull et un Alice à la voix toute fluette c’est ce qui nous est proposé sur ce titre qui au final sonne très guimauve.
« Sunset Babies (All Got Rabies) » : Pour cette compos c’est simple vous mettez Mick Jagger à la place de Alice et vous obtenez un hit des Stones. Et vu que le refrain est hyper entraînant on ne peut qu’accrocher.
« Zombie Dance » : C’est une ballade qui aurait eu sa place sur un album de Dylan. Rien d’exceptionnel.
« The Saga Of Jesse Jane » : Sur ce morceau Alice ‘se la joue’ Country. On l’imagine très bien avec un chapeau texan sur la tête entrain de chanter dans un bar routier américain. Certaines parole confirme cette impression (« I drive a truck all night long »). La voix de Alice est très clair mais aussi très, très grave.
« Six Hours » : Ballade pas forcément indispensable.
« Steal That Car » : Après plusieurs morceaux au tempo calme rien de tel qu’un « Steal That Car ». Les couplets tourne autour d’un riff simple mais efficace. Le refrain est imparable et mérite d’ être repris à tue tête. Très bon titre.
« Run Down The Devil » : Euh… vous aimez Britney Spears ? non dommage car c’est à elle que l’on pense en entendant ce morceau. En plus ce titre est loin d’ être mauvais alors vous direz à vos potes que c’est nul et vous l’écouterez chez vous en cachette!
« Your Own Worst Enemy » : On retrouve le petit coté Glam seventies du premier titre. Une fois de plus ça s’écoute tout seul.
« The Sharpest Pain » : Après le Glam Rock, le Rock à la Stone, le Hard Rock, la Country, Alice Cooper nous propose du… Rap. Et oui « The Sharpest Pain » est un mélange de Rap et de Metal. Une fois de plus c’est un… excellent morceau. Pour les fans purs et durs du Coop cela va être difficile à accepter c’est sûr.

La question que l’on est en droit de se poser à l’ écoute de cet album c’est : « mais où Alice veut-il ,nous emmener avec ce type d’album ? « . Plusieurs réponses possibles! Parmi elles soit il a voulu se faire plaisir en piochant dans tout les styles qu’il aime, soit il a voulu montrer aux jeunes générations que la musique moderne et plus ancienne peuvent très bien aller de paire etc, etc … Une chose est sûre, les avis seront partagés et les critiques positives et négatives vont fuser. Moi personnellement j’adhère.

Auteur: Pierrick

Tracklist:
1. Woman Of Mass Distraction
2. Perfect
3. You Make Me Wanna
4. Dirty Diamonds
5. The Saga Of Jesse Jane
6. Sunset Babies (All Got Rabies)
7. Pretty Ballerina
8. Run Down The Devil
9. Steal That Car
10. Six Hours
11. Your Own Worst Enemy
12. Zombie Dance
13. Stand (ft. Xzibit) (Bonus)

Musiciens:
Alice Cooper: Chant
Ryan Roxie Guitare
Damon Johnson: Guitare
Chuck Garric: Basse
Tommy Clufetos: Batterie

Producteur: Steve Lindsey

Publicités