242584Pour ma 1ère chronique, j’espère vous faire plaisir en chroniquant le dernier album du vieux briscard du Thrash Canadien alias Annihilator (qu’on pourrait même appeler Jeff Waters’s Annihilator, Waters étant le seul membre permanent)
16e album, il aura fallu 2 ans pour pondre cette galette sans aucune surprise mais très efficace, Waters étant parti piocher ses riffs dans des anciens albums. Il occupe une nouvelle fois, ici, les postes de guitariste et de chanteur. Il a fait des efforts au chant, ça fait toujours penser à du Dave Padden même si on sent que ses performances vocales sont limitées.
Voici le piste par piste :
– Twisted Lobotomy : Pour débuter, ca riffe sec, ca déboule à 100 à l’heure, le solo est typique du guitariste. Ca me fait penser à la chanson « Drive » de l’album « Schizo Deluxe » (un des meilleurs selon moi). Bonne entrée en la matière.
– One To Kill : On reste dans la même veine, du riffe, de la double pédale, du refrain qui reste en tête avec en cadeau quelques petites notes de guitare à la Alison Hell. Classique mais ca fait son effet.
– For the demented : Pour la chanson éponyme, on ralentit le tempo, on ajoute un peu de lourdeur, du bon heavy, ca permet de souffler, il y’a peut-être une minute de trop au compteur.
– Pieces of you : La ballade de l’album, pour ma part dispensable, pas désagréable en soi mais c’est une adaptation de « Fade To Black » à mon goût. Même la voix fait penser à Hetfield, c’est dire. Ca se laisse écouter et ca s’oublie aussi sec que…..non rien.
– The demon you know : La mélodie me fait penser à Torn sur l’album Waking the Fury (album avec Joe Comeau au chant), la chanson est entrecoupée de passages avec de la basse, c’est très sympathique. Bonne chanson.
– Phantom Asylum : Après une intro inquiétante laissant penser à une chanson plutôt lente, voila que les instruments arrivent au galop comme si ils devaient libérer le studio d’enregistrement rapidement. Le chant est bon, le riff est simple mais se fond à merveille. Il y’a une accalmie en milieu de chanson ainsi qu’un très bon solo tout en feeling qui se poursuit sur une note mélodique avant…..de reprendre le TGV. Ma préférée de l’album.
– Altering the altar : On reprend avec une chanson rapide (oui oui encore), on intégre du synthé, on fait un solo super efficace et Jeff sauve une chanson de la redondance. Il est fort le bougre
– The Way : La chanson tranche avec le style habituel, c’est une chanson fun donnant envie de sautiller tel Tigrou pris par une attaque d’hémorroïdes. Cette chanson pourrait s’intégrer dans un groupe de Big Rock et Waters se fait plaisir. Je signe.
– Dark : Une instru, je pensais qu’elle allait servir à poser les bases de la chanson finale…mais non. Dispensable.
– Not all there : On arrive déjà à la fin et le père Jeff à voulu tenter quelques petites choses comme mettre un peu de funk sur les ponts afin d’introduire le solo (et non le suppo pour Tigrou). Le solo est très court mais ca passe tout seul avant de repartir sur du Thrash et de terminer la chanson à nouveau sur du Funk.
Snif c’est déjà fini, alors aucune surprise mais franchement ca se laisse écouter tout seul. Rdv dans 2 ans.

7/10

1 – Twisted Lobotomy
2 – One To Kill
3 – For The Demented
4 – Pieces Of You
5 -The Demon You Know
6 – Phantom Asylum
7 – Altering the Alter
8 – The Way
9 – Dark (instrumental)
10 – Not All There

Musiciens:

Jeff Waters − guitars, bass, vocals, drum programming
Aaron Homma − lead guitar (track 2), backing vocals
Rich Hinks − bass (not credited)
Fabio Alessandrini − drums (not credited)

Production: Jeff Waters, Rich Hinks

Publicités